Seine-Maritime: Un voyeur filme une mère et sa fille dans les vestiaires de la piscine

JUSTICE Déjà condamné pour viol et agression sexuelle, l’homme avait filmé à leur insu une mère et sa fille de onze ans alors qu’elles se changeaient dans les vestiaires…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration de casiers dans une piscine, ici à Saint-Grégoire, près de Rennes.
Illustration de casiers dans une piscine, ici à Saint-Grégoire, près de Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Un homme de 46 ans a été condamné à un an de prison ferme pour avoir le 10 mai dernier filmé une mère et sa fille, alors qu’elles se déshabillaient dans une cabine de la piscine de l’Archipel de Petit-Couronne, en banlieue de Rouen (Seine-Maritime).

L’homme a été intercepté par le maître-nageur de l’établissement. La jeune fille de 11 ans s’était plainte à sa mère, après avoir remarqué que l’homme était en train de les filmer.

Il glisse son téléphone sous la cloison des vestiaires

Le prévenu avait fait passer son téléphone sous la cloison séparant sa cabine et celle de ses victimes, rapporte Paris-Normandie. La mère déclarera que peu avant, elle avait remarqué le manège du voyeur qui n’avait pas cessé de la fixer alors qu’elle prenait sa douche.

>> A lire aussi : Rhône: Il filme des femmes dans les vestiaires d'un centre aquatique et avale la carte mémoire

Après avoir interpellé le suspect, les policiers ont examiné le contenu de son smartphone. Les fonctionnaires sont tombés sur plusieurs vidéos prises dans les vestiaires, ciblant les parties intimes des victimes féminines. D’autres images ont été prises également dans la rue sous les jupes des femmes.

« Je n’étais pas dans mon état normal »

A la barre du tribunal, Marc L. a expliqué : « Je ne me suis pas contrôlé, je n’étais pas dans mon état normal ». Une justification qui n’a pas ému les magistrats. D’autant que le prévenu a déjà été condamné pour viol et pour agressions sexuelles.

La substitut du procureur a réclamé une peine de trois ans ferme. Le tribunal a finalement condamné le voyeur à un an de détention. Le sursis d’un an, dont il avait écopé lors de sa précédente condamnation, a également été révoqué à hauteur de six mois.