Réfugiés: Benoît Hamon, Omar Sy et Médecins du monde exhortent Macron à agir

SOLIDARITE Le Défenseur des droits Jacques Toubon s'inquiète d'« atteintes aux droits fondamentaux » des migrants à Calais « d’une exceptionnelle et inédite gravité »...

20 Minutes avec AFP

— 

Des policiers font face à des migrants le 1er juin 2017 à Calais
Des policiers font face à des migrants le 1er juin 2017 à Calais — PHILIPPE HUGUEN / AFP

De Benoît Hamon à Omar Sy, plusieurs personnalités ont signé vendredi une lettre ouverte à Emmanuel Macron pour demander la fin des violences contre les migrants à Calais.

« M. le Président, faites cesser ces violences envers les migrants ! » demande cette lettre également signée par la chanteuse Christine and the Queens, les réalisateurs Laurent Cantet et Céline Sciamma, les députés européens Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon ou encore les dirigeants de la LDH, Malik Salemkour, et de Médecins du Monde, Françoise Sivignon.

Des « atteintes aux droits fondamentaux » des migrants à Calais

Depuis le démantèlement de la « Jungle » de Calais fin octobre 2016, les associations s’emploient à apporter aux quelque 600 migrants sur place « ce qu’il y a de plus élémentaire : de l’eau et de la nourriture », ajoute la lettre publiée sur le Bondy Blog.

« Voilà deux semaines que les autorités rendent cette tâche difficile », et que « des officiers de police interdisent à des migrants de se rendre à une distribution de vivres », ajoutent les signataires, en s’interrogeant : « Qui donne ces ordres ? Est-ce faire honneur aux policiers que de les assigner à des tâches si inhumaines ? »

La lettre reprend largement le constat du Défenseur des droits Jacques Toubon qui s’était inquiété mercredi d'« atteintes aux droits fondamentaux » des migrants à Calais « d’une exceptionnelle et inédite gravité », et avait dénoncé « des conditions de vie inhumaines » et une « sorte de traque ».

Cohn-Bendit et Goupil appellent à « une prise en charge rapide » des demandeurs d’asile

« Vous avez le pouvoir d’agir afin que ces pressions cessent dans l’heure » et au delà « de mettre en place une politique migratoire digne », ajoute cette lettre, signée également par l’essayiste Raphaël Glucksmann et l’historien Benjamin Stora, l’écrivain Édouard Louis et le Syndicat de la magistrature.

>> A lire aussi : Des spécialités soudanaises dans des crêpes, goûtez la cuisine de chefs réfugiés dans des restaurants

De leur côté Daniel Cohn-Bendit et Romain Goupil ont appelé le gouvernement à « une prise en charge rapide » des demandeurs d’asile, dans une tribune au Monde publiée en ligne.

« L’élection d’Emmanuel Macron a fait naître une espérance pour la situation des réfugiés en France et en Europe : celle d’un accueil digne et enfin pleinement assumé de celles et ceux qui fuient les persécutions et les guerres », estiment l’ancien eurodéputé et le réalisateur.

Des familles « laisser à l’abandon »

Il est « indigne » de « laisser à l’abandon dans les rues de Nice, de Paris ou de Calais des hommes et des familles en espérant que cela en dissuadera d’autres de les rejoindre » et de laisser les associations « livrées à elles-mêmes ou au harcèlement de la police », estiment-ils.

>> A lire aussi : Face à l'afflux de migrants, des associations niçoises réclament un médiateur

Ils appellent le gouvernement, « comme première mesure d’urgence », à « mettre en place à Calais comme à La Roya des bus » qui conduiront les exilés « vers des lieux où ils pourront être hébergés et demander l’asile ».

« L’accueil des réfugiés est une question de survie pour ces hommes, ces femmes et ces enfants persécutés », ajoutent-ils, estimant qu'« il y a urgence à faire vivre cette hospitalité ».

Dans un entretien à l’AFP, Daniel Cohn-Bendit avait déjà dénoncé vendredi la situation de blocage « ubuesque » vécue par les migrants et les associations qui les aident dans la vallée de la Roya.