Bac: Jade, la cavalière a décroché son bac avec mention assez bien

PORTRAIT Jade Fourneau, cavalière de complet, continuait à pratiquer l’équitation tout en révisant son bac…

Delphine Bancaud

— 

Jade Fourneau, cavalière et candidate au bac. Lancer le diaporama
Jade Fourneau, cavalière et candidate au bac. — Frédéric Fourneau
  • Jade est ultra organisée pour pouvoir concilier révisions du bac et équitation.
  • Elle vise la mention bien à l’examen.
  • L’équitation lui a permis de savoir gérer son stress, ce qui lui sera utile lors des épreuves.

C’est par texto que Jade Fourneau nous a appris la bonne nouvelle ce jeudi : « j’ai réussi mon bac et j’ai décroché la mention assez bien et j’étais très proche de la mention bien », nous écrit-elle.

Une victoire pour celle qui a refusé de choisir entre sa passion pour le cheval et sa réussite scolaire. A 17 ans, cette lycéenne de terminale S scolarisée à Paris est une habituée du saut d’obstacle. Alors décrocher le bac tout en continuant l’équitation ne lui semblait pas insurmontable. « En concours équestre, on est confronté à des juges. Au bac, ce sera presque pareil. Je pars confiante », commentait-elle il y a un mois.

Et malgré la période de révisions du bac, pas question d’abandonner son cheval : « il n’est monté que par ma coach et moi. C’est important pour son moral que je l’emmène en balade et puis cela me permet de prendre l’air, de m’aérer la tête et de me booster », confie la jeune fille.

Une organisation au cordeau

Sa passion pour le cheval est presque une histoire ancienne : « Je pratique l’équitation à un niveau soutenu depuis mes 12 ans. J’en fais 4 fois par semaine », raconte celle qui se situe désormais parmi les 100 premières cavalières juniors parmi 3.000. De quoi bien occuper son temps extrascolaire, d’autant que l’écurie qui accueille son cheval est située à une heure de chez Jade, dans les Yvelines. « Et lorsqu’on ajoute le temps de réparation de mon cheval et de soin après la balade, à chaque fois que je pars à l’écurie, je dois libérer 4 heures », explique-t-elle.

Et même en pleine période du bac, son activité équestre était loin d’être en stand-by : « Je participe en ce moment aux concours nationaux et je prépare ma participation aux championnats d’Europe d’équitation fin juillet », racontait-elle il y a un mois. Alors pour ne pas sacrifier sa préparation du bac, Jade a mis en place une organisation au cordeau : « J’ai établi un planning de révisions depuis les vacances de Pâques que j’essaye de respecter. Et dès que j’ai un peu de temps libre, je me mets à réviser : pendant les récréations, dans la voiture pour aller à l’écurie… », expliquait-elle. Et comme l’épreuve de maths est celle qu’elle redoutait le plus, Jade a pris des cours particuliers une fois par semaine pour être au top le jour J.

« Ça demande des sacrifices »

Des méthodes de travail que Jade a déjà exploitées au cours de l’année : « Je suis obligée de respecter une certaine discipline pour pouvoir concilier travail et équitation. Ça demande des sacrifices. Quitte à me lever 30 minutes plus tôt le matin pour travailler ou à plancher pendant les récréations », indique-t-elle. Et ce sérieux lui a pour l’heure plutôt bien réussi : « j’étais dans les dix premiers élèves de ma classe cette année. C’est important pour moi car le deal passé avec mes parents pour pouvoir continuer le cheval est que je réussisse scolairement », confie la jeune fille, qui visait d’ailleurs une mention bien aubac.

Et Jade en était sûre : son activité de cavalière allait l’aider à atteindre cet objectif : « Les concours équestres m’ont appris à gérer mon stress et à avoir confiance en moi. Donc jeudi, j’irai passer la philo, concentrée et persuadée d’être prête à sauter cet obstacle », assurait-elle.

>> A lire aussi: Bac: Les 8 commandements de l'épreuve de philo