Attaque à Notre-Dame: Le terroriste au marteau, djihadiste «néophyte», mis en examen et écroué

TERRORISME Le profil de l’assaillant, placé en détention provisoire samedi soir, se précise…

B.C. avec AFP

— 

Des membres de la Brigade de recherche et d'intervention ont effectué une perquisition dans le studio de l'auteur présumé de l'agression d'un policier devant Notre-Dame, le 6 juin 2017.
Des membres de la Brigade de recherche et d'intervention ont effectué une perquisition dans le studio de l'auteur présumé de l'agression d'un policier devant Notre-Dame, le 6 juin 2017. — S. BRETHES / AFP

Farid Ikken, l’auteur de l’attaque au marteau mardi 6 juin contre un policier sur le parvis de la cathédrale de Notre-Dame de Paris, a été mis en examen et placé en détention provisoire samedi soir. Cet homme, « professionnellement inséré », n’avait « jamais montré à ses proches de signe de radicalisation », a déclaré le procureur de Paris François Molins lors d’une conférence de presse.

>> Qui est Farid Ikken ? « L’été dernier encore, il me disait qu’Al-Baghdadi était un idiot »

« Jamais condamné, inconnu des services spécialisés et sans contact à ce jour établi avec des individus présents en zone irako-syrienne », Farid Ikken présente « l’apparence du profil d’un néophyte que les services de lutte contre le terrorisme redoutent cependant tout autant que des profils plus aguerris. »

Un « manuel d’action des loups solitaires »

Présenté à un juge antiterroriste samedi après-midi, il a été mis en examen pour « tentative d’assassinats sur personne dépositaire de l’autorité publique » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Conformément aux réquisitions du parquet de Paris qui a ouvert une information judiciaire, il a été placé en détention provisoire. L’enquête a mis en lumière une personnalité « imprégnée par la propagande djihadiste », mais cette radicalisation s’est faite à l’abri des regards : aucun de ses proches n’en a perçu le moindre signe, a ajouté le magistrat François Molins.

Dans son ordinateur ont été retrouvés des « fichiers de propagande djihadiste » ainsi que des images de l’attentat de Londres et des vidéos « glorifiant » ceux de Paris et Bruxelles, a précisé François Molins. L’examen de l’ordinateur et de quatre clés USB que Farid Ikken portait sur lui lors de l’attaque a également permis de découvrir un « manuel d’action des loups solitaires » édité par l’organisation Etat islamique, a ajouté le magistrat, précisant que le chargement de ces fichiers « remonte au moins à janvier 2017 ».

Des photos de Mohamed Merah, qui a tué sept personnes à Toulouse et Montauban en 2012, ont également été retrouvées sur l’une de ces clés USB, a précisé le procureur de Paris qui a évoqué un « processus de radicalisation extrêmement rapide sur internet ».
Blessé par un tir de riposte des policiers, Farid Ikken avait été placé mercredi dans une unité dédiée à l’hospitalisation des gardés à vue. Devant les enquêteurs, « il a immédiatement reconnu les faits » et s’est décrit comme « un musulman sunnite » qualifiant sa pratique religieuse comme « plutôt dure (…) depuis environ dix mois ». Il a ajouté avoir « pris la décision d’agir quelques jours auparavant ».