VIDEO. Attaque à Notre-Dame: Une vidéo de revendication retrouvée, le suspect est un doctorant en journalisme

SECURITE Une perquisition a eu lieu dans un studio de Cergy, mardi soir…

Philippe Berry avec AFP

— 

Des membres de la Brigade de recherche et d'intervention ont effectué une perquisition dans le studio de l'auteur présumé de l'agression d'un policier devant Notre-Dame, le 6 juin 2017.
Des membres de la Brigade de recherche et d'intervention ont effectué une perquisition dans le studio de l'auteur présumé de l'agression d'un policier devant Notre-Dame, le 6 juin 2017. — S. BRETHES / AFP

La piste terroriste se confirme. Lors de la perquisition dans une résidence étudiante de Cergy (Val d'Oise), mardi soir, une vidéo d’allégeance à l’organisation Etat islamique a été retrouvée dans le studio de l’auteur-présumé de l’agression d’un policier sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame, selon source proche de l’enquête.

>> A lire aussi : Que sait-on de l'agression d'un policier à Notre-Dame de Paris?

L’assaillant, âgé de 40 ans, a été blessé au thorax par des tirs de riposte et évacué vers un hôpital, selon une source policière de l’AFP. Il a revendiqué être « un soldat du califat », un terme utilisé pour désigner le califat autoproclamé en juin 2014 par Daesh, selon une source proche de l’enquête. L’agresseur, qui a frappé un jeune policier de 22 ans avec un marteau, avait également deux couteaux de cuisine en sa possession et a crié « c’est pour la Syrie », a déclaré à la presse le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, qui s’est rendu sur les lieux.

Perquisition à Cergy

Une quinzaine de membres de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI - une unité d’élite de la police), cagoulés et lourdement armés, fouillaient encore à 22 h 00 un studio situé au rez-de-chaussée d’une résidence étudiante de Cergy. « On pense que c’est un point de chute » de l’assaillant, « né en 1977 et de nationalité étrangère », a précisé cette source.

Interrogés par l’AFP, la plupart des locataires, des étudiants, ont indiqué ne pas le connaître. Un seul s’est souvenu d’un homme « très discret », qui « habitait là depuis un an et demi ou deux ans ». « Ce n’était pas du tout un islamiste avec une grande barbe. Plutôt le genre pantalon en toile et veste, un style de professeur des écoles. Le genre insoupçonnable », a commenté cet homme, pour qui l’assaillant « avait l’air tout à fait normal ».

Un doctorant en journalisme « doux comme un agneau »

D’après France Bleu Lorraine Nord, le suspect est un étudiant en journalisme inscrit à l’université de Lorraine à Metz. Diplômé d’un master en journalisme d’une université suédoise, ce doctorant préparait une thèse sur les médias, notamment d’Afrique du Nord, et a suivi à Paris son directeur de thèse, Arnaud Mercier, professeur d’université à Panthéon-Assas, en 2016.

Ce dernier a témoigné sur LCI, mardi soir et s’est dit « pantois et estomaqué » car, selon lui, « rien ne laissait présager » d’un comportement violent chez un étudiant « engagé dans des valeurs démocratiques » et « doux comme un agneau ». Arnaud Mercier n’avait toutefois pas de nouvelles depuis juin 2016 – l’étudiant n’avait pas répondu à un mail de novembre 2016 pour faire le point sur sa thèse.