Cher: Soupçons de mauvais traitements et agressions sexuelles dans une école catholique

FAITS DIVERS L'école «L'Angelus», qui accueille 109 élèves, a été fermée par arrêté préfectoral jusqu'aux vacances d'été...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration gendarmerie.
Illustration gendarmerie. — JAUBERT/SIPA

Des soupçons de maltraitance d’élèves et d’agressions sexuelles dans une école catholique hors contrat du Cher. C’est le procureur de la République de Bourges qui en a fait l’annonce vendredi lors d’une conférence de presse. Et d’annoncer l’ouverture d’une enquête judiciaire.

L’école « L’Angelus », qui accueille 109 élèves, a été fermée par arrêté préfectoral jusqu’aux vacances d’été, « sur le fondement de la protection de l’enfance, au regard de l’enquête judiciaire en cours », a annoncé la préfecture vendredi soir.

>> A lire aussi: Des contrôles renforcés sur les écoles hors contrat et l'instruction à domicile

Vaste opération de gendarmerie

Une vaste opération de gendarmerie a été lancée vendredi matin pour mener la perquisition dans les locaux de l’école, située à Presly (Cher). Une soixantaine d’enfants ont également été auditionnés.

L’opération a été décidée « dans l’intérêt des élèves », « suite à des informations venues à la connaissance de l’Éducation nationale » concernant cet établissement hors contrat, a indiqué le procureur de la République de Bourges, Joël Garrigue, qui était sur place durant toute la journée.

« Il ne s’agit pas d’éléments de dysfonctionnement, mais constitutifs d’infractions pénales : des mauvais traitements sur des enfants (violences, privations de repas, punitions à caractère corporel…) et des soupçons d’infractions de nature sexuelle », a précisé le magistrat. Le procureur a également évoqué des soupçons de « travail dissimulé » et d'« infractions d’ordre économique et financier » ou d'« escroquerie ».

>> A lire aussi: Ecoles publiques, hors contrat, Montessori, Freinet...Comment se repérer entre les différentes écoles alternatives

Le directeur placé en garde à vue

Le directeur de l’institution, l’abbé Régis Spinoza, a été placé en garde à vue, essentiellement pour s’assurer de sa présence durant la perquisition, a indiqué le magistrat. Le religieux devrait être libéré dans la soirée de vendredi, a-t-il précisé.

Ouverte en 2010, l’école catholique traditionaliste « L’Angelus » accueille des élèves, du primaire au lycée, avec « l’Évangile » comme « ligne de conduite », est-il indiqué sur le site Internet de l’établissement.