Projet Voltaire: «Il existe de multiples moyens pour progresser en orthographe et à tout âge»

INTERVIEW Julien Soulié, professeur de lettres classiques et collaborateur du Projet Voltaire, donne quelques astuces pour s'améliorer...

Propos recueillis par Delphine Bancaud

— 

Un homme écrivant son journal.
Un homme écrivant son journal. — terimakasih0/Pixabay

Rien n’est jamais perdu et l’on peut progresser en orthographe. C’est l’une des conclusions du baromètre annuel du service en ligne de formation à l'orthographe Projet Voltaire, dévoilé ce mercredi. 20 Minutes a interrogé Julien Soulié, professeur de lettres classiques et collaborateur du Projet Voltaire, pour savoir comment on peut devenir un as des accords, quel que soit son âge.

>> A lire aussi : Baromètre du projet Voltaire: Qui sont les champions et les cancres de l'orthographe?

Comment expliquez-vous que les Français aient tant de mal à bien maîtriser l’orthographe ?

Le français est une langue difficile, car il y a une différence entre ce que l’on entend et ce que l’on écrit. Et si avec le numérique, on écrit de plus en plus, les correcteurs orthographiques tant sur les téléphones que dans les logiciels de traitement de texte, font le travail pour nous. Ce qui nous pousse moins à réfléchir aux règles à appliquer. Par ailleurs, les lettres sont passées de mode, alors qu’elles constituaient à la fois un excellent exercice et entretenaient le plaisir de la langue, indispensable pour veiller à bien rédiger. Enfin, on apprend beaucoup de choses à l’école, mais le temps consacré à l’apprentissage de la grammaire et à l’orthographe s’est réduit, surtout au collège. Mais il existe de multiples moyens pour progresser dans ce domaine et à tout âge.

Comment vous y prenez-vous pour faire progresser vos élèves dans ce domaine ?

Il faut varier les exercices. Il n’y a pas que les dictées qui permettent de travailler son orthographe. Je fais par exemple travailler mes élèves sur leurs écrits afin qu’ils comprennent leurs erreurs et qu’ils les corrigent. En leur faisant rédiger une lettre de motivation pour un stage, ils comprennent que bien écrire, c’est aussi respecter son destinataire et mettre toutes les chances de son côté.

Je travaille aussi avec les élèves sur l’étymologie des mots. Cela permet de redonner du sens à la langue pour eux et de leur faire mémoriser la manière dont certains mots s’écrivent. Autre type d’exercice : je leur donne un texte en langage SMS qu’ils doivent réécrire en bon français. Bien évidemment, je les invite à lire le plus possible. D’abord des BD si c’est ce qu’ils aiment, puis des mangas par exemple, avant d’aller vers Harry Potter ou des œuvres plus littéraires. Ils vont s’imprégner des mots inconsciemment en lisant. Enfin, je répète à mes élèves souvent que lorsqu’on progresse en orthographe, on devient aussi meilleur dans d’autres disciplines. Car c’est l’école de la rigueur.

Et comment les adultes peuvent-ils progresser ?

Certains d’entre eux éprouvent une vraie appréhension face à l’orthographe et qui remonte parfois à l’enfance. Il suffit parfois qu’ils comprennent une règle ou deux, pour qu’ils se rendent compte que ce n’est pas l’Everest à gravir ! Je leur conseillerais d’abord de faire des exercices ludiques, via des applications. Il faut aussi lire le plus possible en ayant le réflexe dictionnaire, ce qui permet à la fois de comprendre le sens de certains mots, mais aussi de les photographier mentalement. Revoir des règles grammaticales ou d’accords par exemple, est aussi nécessaire. Mais il faut le faire ponctuellement pour ne pas être écœuré. Et pourquoi ne pas participer aux dictées collectives quand elles sont organisées dans sa ville ? Personne n’est montré du doigt en cas d’erreur et c’est l’occasion de renouer avec la langue. Enfin, ils peuvent tester leurs compétences en passant le certificat Voltaire, ce qui les incitera à réviser.