Nice, Cannes, Marseille, Bordeaux, Dijon... Les Galeries Lafayette de province arrachent un nouvel accord sur le travail dominical

TRAVAIL Certaines de ces enseignes bénéficiaient déjà d’une ouverture le dimanche, depuis la loi Mallié de 2009…

L.Gam. avec AFP

— 

Les Galeries Lafayette, en plein dans le centre bourse situé au bas de la canebière, ont désormais un nouvel accord sur le travail dominical.
Les Galeries Lafayette, en plein dans le centre bourse situé au bas de la canebière, ont désormais un nouvel accord sur le travail dominical. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Ils ont signé. Les syndicats d’une partie des magasins Galeries Lafayette de province sont arrivés à un accord avec la direction. Enfin la CFDT, la CFE-CGC et FO qui représentent plus de 50 % à eux trois. En revanche, la CGT a refusé de signer le texte.

Ce nouvel accord permet désormais aux magasins de Nice (deux établissements), Cannes, Marseille (deux établissements), Bordeaux, Biarritz, Rosny et Dijon d’ouvrir tous les dimanches de l’année. A cette liste, on peut ajouter le Lafayette Gourmet de Paris et celui de Nice.

Le vaisseau amiral du boulevard Haussmann à Paris, situé en zone touristique internationale, ouvre lui ses portes tous les dimanches depuis janvier.

>> A lire aussi : Paris: Les Galeries Lafayette Haussmann vont pouvoir ouvir le dimanche

Comment est-ce possible ?

Depuis la loi Mallié de 2009 sur l’extension du travail dominical, quelques magasins étaient ouverts - régulièrement ou pas - le dimanche, comme à Nice, Cannes, Marseille (deux établissements), Bordeaux, Biarritz et Rosny, en région parisienne. L’entité MGL, qui regroupe essentiellement les magasins de province, disposait pour cela d’un accord, qu’il a fallu renégocier. La loi Macron d’août 2015 a en effet donné jusqu’au 1er septembre 2017 aux commerces déjà ouverts le dimanche dans les anciennes zones PUCE et touristiques pour conclure un nouvel accord.

Selon la CFDT, l’accord fixe un plafond de 15 dimanches travaillés par an, sur la base du volontariat. Il prévoit pour les 12 premiers dimanches une majoration de 100 % (payés double) et une récupération. Les dimanches suivants sont payés double sans récupération. Sont prévues aussi une aide à la garde d’enfants (60 euros par dimanche) et des facilités pour les transports, a précisé à l’AFP un représentant du syndicat. En outre, l’accord comporte une promesse d’embauche de 100 salariés, a-t-il ajouté.

Quant à la CGT, qui n’a pas signé le texte, elle a dénoncé dans un communiqué un « forcing acharné » de la direction des Galeries Lafayette pour obtenir cet accord, négocié depuis janvier, avec lequel « un nouveau pas est franchi dans la banalisation du travail dominical ».