Les infos immanquables du jour: Policier attaqué, Brigitte Bardot, les animaux et Macron, et le faux rugbyman

ACTU Ce qu’il ne fallait pas manquer dans l’actualité de ce mercredi 3 mai…

Armelle Le Goff

— 

French CRS anti-riot police officers are engulfed in flames as they face protesters during a march for the annual May Day workers' rally in Paris on May 1, 2017.
French CRS anti-riot police officers are engulfed in flames as they face protesters during a march for the annual May Day workers' rally in Paris on May 1, 2017. — Zakaria ABDELKAFI/AFP

C'est l'entre-deux-tours et l'actualité ne faiblit pas, c'est donc l'heure des immanquables. 

L'article le plus lu du jour: Manifestation du 1er mai à Paris: Qui est le policier grièvement brûlé après un tir de cocktail Molotov?

Un CRS transformé en torche humaine en plein cœur de Paris après avoir été touché par un cocktail Molotov. Ses collègues qui tentent d’éteindre l’incendie tout en se protégeant des flammes d’une part, des jets de projectiles d’autre part. Le cliché, pris par un photographe de l’AFP, a fait le tour du monde, du New York Times au quotidien espagnol El País, en passant par le Financial Times ou The Irish Times. « On en a presque plus parlé à l’étranger que chez nous. A croire que les violences contre les policiers, aussi dramatiques soient-elles, n’intéressent pas grand monde », déplore Loïc Lecouplier, délégué zonal du syndicat Alliance. Un article à lire par ici. 

L'article le plus partagé du jour: Brigitte Bardot appelle «ceux qui aiment les animaux» à ne pas voter Macron

« Si Macron passe, les animaux trépassent. » C’est par cette formule que Brigitte Bardot a appelé mardi « ceux qui aiment les animaux » à ne pas voter pour Emmanuel Macron au deuxième tour de la présidentielle. Elle reproche au candidat son parti pris en faveur des chasseurs et des éleveurs, et « un manque total d’empathie que prouve la froideur de son regard bleu acier ». Pour tout comprendre de la position de BB, c'est par là. 

L'article le plus à lire du jour: Faux accent, faux contrat, faux père «All Black»...Un faux rugbyman sévit dans le Sud-Ouest

Il est passé à Bayonne, puis s’est rendu à Agen où les choses se sont compliquées pour lui. « Ici, il a été en garde à vue pendant moins de 24 heures début avril. On pensait qu’il serait poursuivi mais comme il n’a pas de casier judiciaire, le parquet a décidé de lui donner une chance et s’est contenté d’un rappel à la loi », explique-t-on au commissariat de police d’Agen. Toute l'histoire est à retrouver ici