Violences contre les policiers: La CGT Publicis ironise sur le «poulet grillé»

PROPOS Beaucoup se sont désolidarisés de la branche Info-Com suite à ces propos…

M. A.

— 

Six policiers ont été blessés, dont deux grièvement, lors de heurts en marge de la manifestation du 1er mai à Paris.
Six policiers ont été blessés, dont deux grièvement, lors de heurts en marge de la manifestation du 1er mai à Paris. — PHILIPPE LOPEZ / AFP

Après les échauffourées lors de la manifestation du 1er mai à Paris où six policiers ont été blessés, dont un grièvement par un jet de cocktail Molotov, la CGT Publicis a publié un tweet décrivant du « poulet grillé ».

Le tweet polémique, qui a été publié ce lundi et supprimé depuis, expliquait : « On ne parle que du poulet grillé sur les chaînes style BFM, mais pas beaucoup de ça ». « Ça », c’est les violences qu’auraient commises les forces de l’ordre sur certains manifestants, selonla CGT Publicis.

Récidive pour la CGT Publicis 

Les réactions ne se sont pas fait attendre. La CGT Police a publié un communiqué dénonçant « l’odieux tweet » de la CGT Publicis. Pour le syndicat policier, la CGT « agit pour que prévalent dans la société les idéaux de liberté, d’égalité, de justice, de laïcité, de fraternité et de solidarité », avant d’ajouter « la CGT Publicis semble loin de porter ces valeurs préférant se moquer de nos collègues victimes d’une tentative d’assassinat. »

« C’est comme d’habitude », déplore auprès de BFMTV. com Patrice Ribeiro, du syndicat Synergie Officiers. « Nous avons affaire à des gens qui ont une connivence intellectuelle avec ces casseurs. » Et de poursuivre : « Cela contribue à donner de l’élan à ceux qui ont une volonté d’homicide contre les policiers. »

La direction de la CGT s’est désolidarisée de la branche Publicis : « le secrétaire général de la CGT ne cautionne pas ces propos », selon Axel Ronde, de la branche CGT Police Ile-de-France. Ce n’est pas la première fois que la CGT Publicis est au centre d’une polémique. La branche Info-Com s’était déjà fait remarquer après avoir dévoilé une affiche pour dénoncer les violences policières, avec pour inscription : « La police doit protéger les citoyens et non les frapper ! »

Le ministre de l'Intérieur, Mathias Fekl, a lui aussi demandé à la CGT de condamner un « tweet ignoble » sur un policier blessé.