Attentat des Champs-Elysées: Le père du terroriste interpellé après avoir menacé des policiers

FAITS DIVERS Il était ivre, mais ne portait pas d'arme mais sera présenté ce dimanche à un magistrat...

20 Minutes avec AFP
— 
Un brassard de police. Illustration.
Un brassard de police. Illustration. — Witt - Sipa

« Je vais tous vous tuer. Je vais faire comme mon fils». Voici ce qu’aurait dit le père de Karim Cheurfi, l’auteur de l’attentat des Champs-Élysées, aux quelques policiers présents vendredi soir au commissariat de Noisy-le-Grand en Seine-Saint-Denis.

>> A lire aussi: Le récit de la fusillade dramatique

Ivre, non armé, l’homme a été maîtrisé et placé en garde à vue.

Présenté ce dimanche à un magistrat

«Il a reconnu les faits et s'est excusé», a indiqué à l'AFP une source proche du dossier, selon laquelle la perquisition à son domicile n'a rien révélé de suspect, pas plus que son examen par un psychiatre. Il doit être présenté dimanche à un magistrat du parquet, a précisé le parquet de Bobigny. Selon Le Parisien, il pourrait être poursuivi pour menace de mort sur personne dépositaire de l'autorité publique mais aussi pour apologie du terrorisme.

Menaces sans violence

Le père de Karim Cheurfi avait été placé en garde à vue vendredi après avoir menacé «sans arme et sans violence», des policiers au commissariat de cette ville de banlieue parisienne, selon la source proche du dossier.

Lors de son audition, a-t-on appris de même source, il a expliqué qu'il venait d'apprendre que le maire de Chelles - la commune de Seine-et-Marne où il habite et où résidait son fils, non loin de Noisy-le-Grand - avait refusé d'inhumer ce dernier dans le cimetière municipal. Il avait ensuite consommé de l'alcool et décidé de se plaindre au commissariat. Après chaque attentat, les maires sont confrontés à la délicate question du lieu d'inhumation des auteurs d'attaques.

Karim Cheurfi, 39 ans, qui a tué un policier sur les Champs-Élysées le 20 avril avant d’être abattu, était un récidiviste, manifestement obsédé par l’idée de s’en prendre aux forces de l’ordre.

>> A lire aussi: L'hommage poignant et digne du compagnon du policier tué