Coyote, Waze, Tom-Tom: La police veut pouvoir se «rendre invisible» sur les applications

APPLICATION Des applications utilisées par des millions de conducteurs...

Manon Aublanc avec AFP

— 

Un conducteur passe, le 17 mai 2011 à Toulouse, devant un magasin commercialisant du matériels électroniques pour automobiles, dont l'avertisseur de radars Coyote. Les trois principaux fabricants français d'avertisseurs de radars ont condamné le 12 mai dernier la décision
Un conducteur passe, le 17 mai 2011 à Toulouse, devant un magasin commercialisant du matériels électroniques pour automobiles, dont l'avertisseur de radars Coyote. Les trois principaux fabricants français d'avertisseurs de radars ont condamné le 12 mai dernier la décision — PASCAL PAVANI / AFP

Coyote, Waze, Tom-Tom… Le ministère de l’Intérieur réfléchit à « rendre invisibles les forces de l’ordre » sur les applications qui permettent leur signalement, « lors de certains contrôles sensibles », une mesure dénoncée par une association d’automobilistes.

Ces applications, embarquées à bord des voitures, permettent aux conducteurs de signaler aux autres les dangers, embouteillages, voitures arrêtées ainsi que la présence de policiers ou gendarmes.

>> A lire aussi : Une association d'automobilistes s'indigne d'une «privatisation» des radars embarqués

La Ligue de défense des conducteurs a lancé une pétition 

Le signalement des policiers « constitue une difficulté supplémentaire pour les forces de l’ordre signalées dans les quelques minutes qui suivent leur mise en place », indique-t-on jeudi place Beauvau. « Si le signalement des forces de l’ordre peut contribuer à faire baisser la vitesse, il a en revanche un impact très négatif en cas d’alcoolémie, de consommation de drogues, de recherche d’individus, notamment terroristes, criminels ou évadés de prison », poursuit le ministère de l’Intérieur.

Le ministère « a entamé des travaux, associant notamment les principaux fabricants de ces applications, afin de mettre en place un système qui permette de rendre invisibles les forces de l’ordre, à leur demande, lors de certains contrôles sensibles », ajoute-t-il. Il précise qu’un « projet de décret a été transmis à la Commission européenne ».

>> A lire aussi : L'application Waze de Google mettrait les policiers en danger

Pour la Ligue de défense des conducteurs, « c’est la mort certaine de ces applications communautaires que le gouvernement vient de signer ». Car, selon elle, les applis et les réseaux sociaux, « dans l’impossibilité de connaître les périmètres définis en question, se verront dans l’obligation de cesser purement et simplement tout signalement ». L’association a lancé une pétition en ligne destinée à la Commission européenne, qui dispose de trois mois pour donner son avis sur le projet de décret. Elle avait recueilli jeudi plus de 38.000 signatures, selon le site de la Ligue de défense des conducteurs.