VIDEO. Maltraitance: L214 dénonce le sort des animaux exportés hors de l'Union européenne

ANIMAUX L'association contre la maltraitance animale a aussi souhaité alerter les candidats à la présidentielle dans une lettre ouverte...

20 Minutes avec agence

— 

L’association L214 a publié en avril 2017 une nouvelle vidéo choc pour dénoncer les conditions cruelles d’abattage des bovins hors de l’Union européenne (UE).
L’association L214 a publié en avril 2017 une nouvelle vidéo choc pour dénoncer les conditions cruelles d’abattage des bovins hors de l’Union européenne (UE). — Capture d'écran / YouTube

L’association L214 a diffusé ce mercredi une nouvelle vidéo choc pour dénoncer les conditions cruelles d’abattage des bovins hors de l’Union européenne (UE). Les images ont été tournées en Turquie et au Liban.

« Chaque année, plus de trois millions d’animaux sont exportés des pays membres de l’Union européenne (UE) vers des pays tiers pour y être engraissés ou abattus », explique l’association de lutte contre la maltraitance animale, qui souhaite également alerter sur la trop longue durée de transport à laquelle sont soumis les bovins.

Une lettre ouverte

L’organisme a publié une lettre ouverte en ce sens avec la fondation Brigitte Bardot et l’organisation de défense des animaux CIWF France pour appeler les candidats à l’élection présidentielle « à limiter le temps de transport » des bêtes.

Quatre candidats à la présidentielle que sont Benoît Hamon (PS), Marine Le Pen (FN), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) et Philippe Poutou (NPA) se sont prononcés en faveur de cette limitation. Il n’en existe actuellement aucune, alors que 89 % des Français y sont favorables, souhaitant limiter le temps de transport à huit heures.

>> A lire aussi : Qui est L214, l’association qui a diffusé les images des abattoirs du Vigan et d’Alès?

« Dès que les transports s’éternisent et plus ils s’allongent, plus les animaux se déshydratent, se fatiguent, tombent à l’intérieur des camions et se blessent », déclare à L’Express Sébsatien Arsac, porte-parole de L214. En dehors de l’Union européenne le problème vient aussi du manque de structures adaptées au transport des bovins dans les camions.