Cinq infos dans le rétro: Attentats en Egypte, porte-avions américain en Corée, blocage en Guyane

ACTU Notre indispensable résumé de l'actualité du week-end...

Anne Kerloc'h

— 

Evacuation d'un corps après l'attentat contre une église copte à Alexandrie le 9 mars 2017
Evacuation d'un corps après l'attentat contre une église copte à Alexandrie le 9 mars 2017 — STRINGER / AFP

Pendant 48h, le temps était suspendu. Pour être détendu, il fallait être déconnecté. Mais ce temps n’a qu’un temps et il est l’heure de vous réimprégner du cours et des ressacs du monde. 20 minutes veillait pour vous et vous a préparé votre indispensable résumé d’actualité.

1 - Plus de 40 morts et une centaine de blessés dans un double attentat anti-chrétien en Egypte

Le président égyptien a déclaré dimanche l'état d'urgence dans le pays, après deux attentats à la bombe revendiqués par Daesh qui ont visé des églises coptes et fait 44 morts.

La première explosion s’est déroulée peu avant 10h dans l’église Mar Girgis de Tanta, une grande ville à une centaine de kilomètres du Caire. L’explosion a eu lieu près de l’autel, pendant la messe, faisant 27 morts et 78 blessés, selon le ministère de la Santé.

Quelques heures plus tard,une autre explosion a eu lieu à l’église Mar Morcos à Alexandrie, la grande ville du nord du pays. Elle a fait 17 morts, dont quatre policiers, et 48 blessés, selon la même source.

L’info en plus : Ces attaques interviennent quatre mois après un attentat suicide qui a frappé le 11 décembre au Caire l’église Saint-Pierre et Saint-Paul, contigüe de la cathédrale copte Saint-Marc, faisant 29 morts. Et à quelques semaines de la visite du Pape François au Caire.

>> A lire aussi : Attentat en Egypte: La communauté copte une nouvelle fois meurtrie par Daesh

Les Coptes d’Egypte représentent la communauté chrétienne la plus nombreuse du Moyen-Orient, constituant 10 % des 92 millions d’Egyptiens.Le 1er janvier 2011, un attentat avait fait 23 morts et 79 blessés, à la sortie d’une église copte à Alexandrie.

Le 20 octobre 2013, une attaque visant l’église de la Vierge au Caire lors d’un mariage fait quatre morts. Précédemment, des églises, maisons, commerces appartenant à des Coptes avaient attaqués et incendiés, durant les semaines qui ont suivi la destitution du président Morsi. 

2 - Les Etats-Unis envoient un porte-avions en Corée

Les Etats-Unis continuent à montrer leurs muscles. Moins de deux jours après avoir frappé une base aérienne syrienne en représailles à une attaque chimique attribuée au gouvernement Assad, Washington a envoyé samedi  un porte-avions américain et sa flotte vers la péninsule coréenne.

>> A lire aussi : Les frappes américaines en Syrie, « un acte d’agression intolérable » pour la Corée du Nord

Le porte-parole du commandement américain dans le Pacifique a précisé : « la menace numéro un dans la région reste la Corée du Nord, en raison de son programme de missiles irresponsable, déstabilisateur et imprudent, et de la poursuite (de ses recherches) en vue de disposer d’armes nucléaires ».

La Corée du Nord a réalisé cinq tests nucléaires. Selon les services de renseignement américains, le pays pourrait disposer d’un missile à tête nucléaire capable de frapper le sol américain d’ici moins de deux ans.

L’info en plus : La démonstration de force de Donald Trump annonce-t-elle une action militaire contre la Corée du Nord ?. « Je pense que l’on sera fixé très rapidement dans la semaine, estime, Jean-Eric Branaa, maître de conférences spécialisé dans la politique américaine à l’université de Paris 2 – Assas. Donald Trump risque d’être pris à son propre piège. Si l’on montre les muscles, il faut qu’il y ait quelque chose derrière… » Et le chercheur de citer les plans du Pentagone prévoyant le déploiement de troupes américaines sur le sol sud-coréen.

3 - L’organisation séparatiste basque ETA annonce son désarmement

Un pas de plus vers la paix. L’organisation séparatiste basque ETA, qui a renoncé à la lutte armée en 2011 a annoncé samedi son « désarmement total » et, a livré aux autorités françaises une liste de caches d’armes. Un geste salué par Paris. Le Premier ministre Bernard Cazeneuve s’est ainsi félicité d’une opération « menée dans le calme et sans violence » tout en ayant « Une pensée pour les 829 victimes de l’ETA » et les blessés. Le gouvernement espagnol, lui, a jugé le geste insuffisant et appelle l’organisation séparatiste basque espagnole à s’auto-dissoudre.

L’info en plus : L’arsenal contenait 120 armes à feu, trois tonnes d’explosifs et plusieurs milliers de munitions. Selon les services de renseignement, l’ETA ne compterait plus qu’une trentaine de membres.

4 - Incidents violents dans un meeting de Marine Le Pen en Corse

La salle où Marine Le Pen devait donner un meeting ce samedi à Ajaccio a été évacuée après que des manifestants en ont été exclus, entraînant des échanges de coups et l’usage de gaz lacrymogène.

Des coups échangés

Le service d’ordre du FN a tenté de faire sortir une quinzaine de manifestants, dont un a crié « a Francia fora » (la France dehors). 

Marine Le Pen a utilisé une autre salle du palais des Congrès d’Ajaccio pour y tenir son meeting.

L’info en plus : l’action a été revendiquée sur Twitter par Le groupe corse Ghjuventu Indipendentista « Nous ne pouvions accepter que la candidate du Front national vienne sur notre terre distiller son discours marqué du sceau de la haine et de l’anticorsisme primaire ».

 

5 -Blocage total en Guyane dès ce lundi

Après qu’un policier a été sérieusement blessé vendredi, le collectif « Pou La Gwiyann dékolé » (« Pour que la Guyane décolle »), qui pilote le mouvement social agitant la Guyane depuis plus de deux semaines, a annoncé le blocage « total » du département à partir de lundi. Les barrages érigés dans les villes guyanaises seront fermés « jusqu’à nouvel ordre », avec interdiction, même pour les personnes voulant passer à pied, à moto ou à vélo, de les franchir.

Malgré des négociations avec le gouvernement et un plan d’urgence de plus d’un milliard d’euros comprenant 25 mesures centrées sur la sécurité, l’éducation et la santé, le collectif réclame 2,5 milliards d’euros et continue le blocage.

>> Guyane : L’ancienne ministre des Outre-Mer craint que la crise « ne se termine mal »

L’info en plus : Ce durcissement a suscité de nombreuses réactions et divise la population « Il n’est pas tolérable de se voir refuser le droit de circuler librement sur le territoire. Une partie de la Guyane a peur de s’exprimer », affirment les signataires d’une pétition en ligne qui a recueilli un millier de paraphes.