Suicides au travail: L'Union syndicale Solidaires veut les recenser sur une carte

SANTE L'union syndicale a mis en place une carte de France...

Manon Aublanc avec AFP
— 
Illustration suicide au travail. 
Illustration suicide au travail.  — LEMAIRE/ZEPPELIN/SIPA

L’Union syndicale Solidaires va recenser et publier sur un site internet les suicides au travail dans toute la France, a-t-elle annoncé mercredi dans un communiqué.

« Il y a urgence car on s’est rendu compte qu’une omerta règne autour de cette question », a expliqué à l’AFP Eric Beynel, porte-parole de Solidaires. L’Union syndicale a mis en ligne un formulaire à remplir par des syndicats, salariés et militants de tous bords qui auraient « connaissance d’un suicide lié au travail » ( la-petite-boite-a-outils.org).

>> A lire aussi : Comment vient-on à se suicider au travail?

Une décision prise après deux suicides en mars

« Il suffit de nous communiquer les informations sur le lieu, la date avec un lien, une source l’ayant rendu public (communiqué ou tract syndical, articles de presse, etc.) et nous les mettrons en ligne sur une carte », précise Solidaires. La carte comprend pour l’instant six suicides liés au travail, mais pas de doutes qu’il en existe beaucoup plus. Pour l’union syndicale, l’objectif est de montrer que les suicides liés au travail sont une réalité alors que « partout les directions d’entreprises cherchent, au contraire, à rendre invisibles les suicides liés au travail », écrit-elle en préambule de la carte.

Elle dit avoir pris cette décision après les suicides en mars d’une infirmière à l’hôpital Cochin et d’un cheminot à la gare St Lazare. L’infirmière s’est suicidée le 7 mars, jour même où plusieurs milliers de travailleurs dans les secteurs de la santé et du social ont manifesté pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail. En arrêt maladie depuis juillet 2016, le cheminot décédé, responsable opérationnel des services à Saint-Lazare, était délégué du personnel SUD-Rail et en conflit avec sa hiérarchie depuis plusieurs années.