Paris, le 27 mars 2017. - Manifestation devant le commissariat du 19e arrondissement de Paris après la mort d'un ressortissant chinois.
Paris, le 27 mars 2017. - Manifestation devant le commissariat du 19e arrondissement de Paris après la mort d'un ressortissant chinois. — Sonia BAKARIC / AFP

JUSTICE

Mort de Shaoyao Liu: L'enquête confiée à un juge d'instruction

Les trois policiers de la brigade anticriminalité du 19e, intervenus au domicile de Shaoyao Liu, avaient été entendus par l’IGPN…

Un juge d’instruction va enquêter sur la mort de Shaoyao Liu, le père de famille chinois tué par un tir policier le 26 mars à Paris, a appris l’AFP ce mercredi de source judiciaire. L’information judiciaire a été ouverte mercredi contre X pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, par une personne dépositaire de l’autorité publique », a précisé cette source.

« Le parquet se rend compte qu’il y a des zones d’ombres à éclairer. C’est un bon message envoyé aux victimes quant à la volonté de la justice de lever tous les doutes sur ce qui s’est réellement passé ce soir-là », a réagi l’avocat de la famille, Me Calvin Job.

>> A lire aussi : Aubervilliers: Excédée par les violences, la communauté chinoise défile pour plus de protection

Deux versions différentes

A la suite de cet événement, les versions de la famille et de la police divergeaient. Shaoyao Liu, 56 ans, a été tué à son domicile par le tir d’un policier alors que, selon la police, il agressait avec des ciseaux un autre agent, une version des faits contestée par la famille. Les fonctionnaires de police affirment qu’il s’agissait d’un tir de légitime défense. Pour la famille de la victime, et notamment sa fille de 21 ans qui a assisté à la scène, pas de doute, il a été victime d’une bavure policière. Elle affirme qu’il « n’a blessé personne », qu’il était avec ses enfants et que, s’il tenait ces ciseaux, c’est parce qu’il était en train de préparer du poisson.

D’après les analyses toxicologiques, Shaoyao Liu n’était pas sous l’emprise de stupéfiants ou de médicaments au moment des faits. Il avait un taux d’alcool de 0,71 gramme par litre de sang. La communauté chinoise de Paris avait multiplié les rassemblements,qui ont été marqués par des incidents, pour réclamer « justice ». Les trois policiers de la brigade anticriminalité (BAC) du 19e arrondissement, intervenus au domicile de Shaoyao Liu, avaient été entendus le 31 mars, dans les locaux de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).