VIDEO. Sarah Hervouët, soupçonnée d'avoir fomenté un attentat à Paris, en garde à vue pour le double meurtre de Magnanville

TERRORISME Des liens entre le double assassinat de Magnanville et l’attentat avorté à Paris deux mois plus tard ont été mis en lumière par les enquêteurs…

20 Minutes avec AFP

— 

Des policiers à Magnanville (Yvelines), sur les lieux de l'assassinat de deux policiers, le 14 juin 2016.
Des policiers à Magnanville (Yvelines), sur les lieux de l'assassinat de deux policiers, le 14 juin 2016. — Thibault Camus/AP/SIPA

Sarah Hervouët est-elle le lien entre deux affaires terroristes ? La jeune femme de 23 ans, qui faisait partie du commando de femmes soupçonnées d’avoir voulu commettre un attentat en septembre à Paris, a été placée en garde à vue mardi matin dans l’enquête sur l’assassinat deux mois plus tôt d’un policier et de sa compagne à Magnanville dans les Yvelines.

C’est la troisième personne mise en garde à vue dans cette affaire d’assassinat perpétré par Larossi Abballa, le 13 juin 2016, sur les personnes de Jean-Baptiste Salvaing, commandant de police, et de sa compagne Jessica Schneider.

>> A lire aussi : Policiers tués à Magnanville: Deux gardes à vue dans l'entourage du tueur, dont sa soeur

Quels sont les liens entre les deux affaires ?

Rachid Kassim, considéré comme l’un des propagandistes francophones les plus dangereux du groupe Etat islamique (EI), était en contact avec Abballa et le commando de femmes via la messagerie cryptée Telegram. Il est suspecté d’avoir inspiré les deux attaques depuis la zone irako-syrienne où il s’était réfugié.

De plus, Sarah Hervouët était la compagne de Mohamed Lamine Aberouz, dont le frère Charaf-Din Aberouz était un proche de Larossi Abballa. Le couple a été mis en examen dans l’enquête sur le commando de femmes interpellé en septembre, quelques jours après la découverte en plein coeur de Paris d’une voiture chargée de bonbonnes de gaz.

Charaf-Din Aberouz est lui mis en examen dans l’assassinat de Magnanville, soupçonné avec un autre homme d’avoir pu apporter un soutien logistique au tueur.