Crise en Guyane: Cazeneuve dit «non» à un plan d'aide de 2,5 milliards d'euros

CRISE SOCIALE Les meneurs du collectif de mobilisation « Pou Lagwiyanne dékolé » avaient refusé dimanche matin la proposition du gouvernement... 

Manon Aublanc avec AFP

— 

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a appelé à continuer le dialogue.
Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a appelé à continuer le dialogue. — Pablo GARRIGOS/EU/SIPA

Bernard Cazeneuve a appelé lundi à « poursuivre le dialogue » en Guyane, mais sans promesses « irréalistes », à l’issue d’une réunion rassemblant une bonne partie du gouvernement sur la situation dans la collectivité d’outre-mer, où la mobilisation se durcit. Le Premier ministre a déclaré « refuser la démagogie » de ceux qui, à Paris comme à Cayenne, « réclament des milliards ».

>> A lire aussi : Le collectif rejette le plan du gouvernement et demande 2,5 milliards d'euros

« Je ne m’engagerai que sur ce que je sais pouvoir tenir », a-t-il expliqué, avec à ses côtés 12 membres du gouvernement, dont la ministre de l’Outre-mer Ericka Bareigts et le ministre de l’Intérieur Matthias Fekl. « Il serait (…) aisé de céder à la facilité et de promettre des mesures et des aides financières d’un montant irréaliste puis d’en laisser la charge et la responsabilité à un autre gouvernement. Ce n’est pas la conception que nous avons de la responsabilité dans la République », a-t-il ajouté.

« Un rapport de force avec l’Etat »

Le Premier ministre s’exprimait au lendemain de l’ultimatum des responsables du mouvement, qui avaient exigé dimanche 2,5 milliards d’euros « tout de suite ». Il a détaillé le plan de plus d’un milliard d’euros proposé par le gouvernement, dont les engagements doivent être « actés » mercredi en Conseil des ministres.

Le collectif « Pou La Gwiyann dékolé » (Pour que la Guyane décolle), qui regroupe l’ensemble des mouvements protestataires, avait annoncé dimanche un durcissement de la mobilisation, expliquant rentrer « dans un rapport de force avec l’Etat » après le départ de la ministre des Outre-mer.

Air France annule de nouveau son vol direct mardi

Il avait notamment demandé aux magasins de rester fermés lundi dans le cadre d’une « opération ville-morte », a expliqué à l’AFP une de ses communicantes, Florence Adjodha, mais tout en laissant la possibilité aux propriétaires de ne pas le faire. A Cayenne, le mouvement des « 500 frères contre la délinquance » a toutefois ordonné de fermer tous les magasins de la ville, des membres du groupe, en pointe dans le mouvement social, circulant pour s’assurer de la bonne exécution de la consigne. « Les méthodes des "500 frères" sont inadmissibles. Ils sont vraiment dangereux », a dénoncé une source gouvernementale.

Air France après avoir annulé son vol direct de lundi de Paris pour la Guyane a de nouveau annulé le vol prévu mardi, en raison de problèmes d’avitaillement en carburant à Cayenne, a annoncé lundi soir, la compagnie. En revanche, le vol Paris-Orly/Guyane prévu mercredi est maintenu, selon la compagnie.