Que pense Bernard Tapie de l’affaire Fillon... et de ses propres problèmes avec la justice ?

JUSTICE L’homme d’affaires, sous la menace d’un renvoi en correctionnelle dans le dossier Adidas, explique au « JDD » être victime d’un cabinet noir…

Oihana Gabriel

— 

L'homme d'affaires Bernard Tapie, le 15 novembre 2013 à Marseille
L'homme d'affaires Bernard Tapie, le 15 novembre 2013 à Marseille — BORIS HORVAT AFP

Un supposé cabinet noir, un livre qui fait grand bruit, une affaire Fillon qui n’en finit pas, ses propres démêlés avec la justice, Bernard Tapie a décidé de dire toute sa vérité au Journal du Dimanche.

« J’ai toujours eu de mauvaises relations avec François Hollande »

Alors que le parquet de Paris a demandé que Bernard Tapiesoit jugé pour « escroquerie en bande organisée » et « détournement de fonds publics », l’homme d’affaires se défend : lui aussi est victime, comme François Fillon le clame, d’un cabinet noir. L’Elysée a-t-il téléguidé l’affaire Adidas ? « Evidemment, répond Tapie. J’ai toujours eu de mauvaises relations avec François Hollande. Pas sur le plan humain – il est drôle, il est intelligent… et il aime le foot ! Mais politiquement il fait partie des socialistes qui n’ont jamais supporté ma relation avec Mitterrand ni la défaite de Rocard. »

>> A lire aussi: Qui est Serge Tournaire, le juge d'instruction en charge de l'affaire Fillon?

Il veut assigner en justice les auteurs du livre sur la Place Beauvau

Cité dans le fameux livre Bienvenue Place Beauvau, Police : les secrets inavouables d’un quinquennat (Robert Laffont), co-écrit par les journalistes Didier Hassoux, Christophe Labbé et Olivia Recasens, l’homme d’affaires assure à l’hebdomadaire : « J’ai décidé d’assigner en justice les trois auteurs pour obtenir des preuves de ce qu’ils avancent. Je savais déjà que juste après l’élection de François Hollande, un agent de la DGSE avait été mandaté pour mettre la main sur les archives de l’Elysée dans le but de trouver des choses me visant… ils n’ont rien trouvé évidemment. Mais si les trois auteurs ont des preuves d’une manipulation, cela m’intéresse. »

Fillon « est dans la peau de ceux, mis en examen, qu’il a tant critiqués »

Quant à son avis sur l’affaire Fillon, Bernard Tapie tacle : « Il est dans la peau de ceux, mis en examen, qu’il a tant critiqués. »

Mais l’homme d’affaires ajoute que le choix de Fillon de se maintenir est dangereux « S’il n’a pas renoncé, c’est pour conjurer sa souffrance ou pour prouver sa bonne foi. Mais il a pris un risque énorme, s’il est battu, il va porter sur ses épaules la responsabilité d’avoir empêché l’alternance à droite. Cela sera terrible à vivre. »

Qu’aurait-il fait à la place du candidat LR ? « Un de ses proches m’a appelé pour me demander ce que je ferais à sa place », assure Bernard Tapie au JDD. Moi, je prendrais l’engagement solennel qu’une fois élu, et bénéficiant de l’immunité présidentielle, je démissionnerais si ma femme était condamnée. »