Balade en 2CV, nuit dans une caravane rétro... Le tourisme vintage devient tendance

VOYAGES Les voyageurs apprécient de pouvoir s’immerger dans une ambiance leur rappelant un certain âge d’or…

Delphine Bancaud

— 

Découverte du Saumurois en Combi avec Loire vintage discovery.
Découverte du Saumurois en Combi avec Loire vintage discovery. — D.Bancaud/20minutes

S’offrir une parenthèse enchantée loin de la modernité. Comme la mode, le design, la musique, le tourisme n’échappe pas à la mode vintage. La preuve au salon  Mondial du tourisme qui s’est déroulé mi-mars à Paris, où plusieurs exposants proposaient des prestations rétro. « Les acteurs du tourisme surfent d’abord sur l’engouement énorme qui existe en France pour les véhicules anciens, comme le montre le succès du salon Rétro mobile qui a lieu chaque année à Paris », souligne Marianne Chandernagor, directrice du Mondial du tourisme.

Dans plusieurs régions de France, plusieurs opérateurs proposent ainsi des locations de 2 CV, 4L, Peugeot 504… pour découvrir le patrimoine français et les routes de l’Hexagone. « Sont aussi proposés des balades en autocars des années 30, des locations de vélos rétros. Sans oublier des promenades en Solex pour visiter les différents vignobles avec arrêt dégustation ou encore des croisières sur des yachts de la Belle Epoque », observe Marianne Chandernagor. Quelques voyagistes proposent aussi des circuits, à Cuba par exemple, en vieille voiture américaine ou sur « la route du blues » via les mythiques routes 66 et Highway 61. En Anjou, une agence, Rétro émotion, s’est aussi spécialisée dans les séjours dans des manoirs, châteaux ou des chambres d’hôtes dans des demeures anciennes, où l’on atteint chaque étape en véhicule de collection.

Dormir dans un bus impérial anglais millésimé 1979

Et pour les touristes qui veulent dormir dans un lieu fleurant bon une époque révolue, ils ont désormais l’embarras du choix. « Ils peuvent être hébergés par exemple dans une caravane rétro des années 60 dans un camping de la vallée de Sarthe ou dormir dans un authentique bus impérial anglais millésimé 1979 au château Prieuré Marquet (Gironde) », cite Marianne Chandernagor. « Certaines locations Airbnb et certains gîtes savent aussi jouer de la table en formica pour attirer les clients », ajoute Didier Arino directeur du cabinet Protourisme.

Quant aux restaurants, quelques-uns se sont aussi mis à la mode vintage pour remplir les tables. « C’est par exemple le cas de la chaîne Memphis Coffee, qui propose des fast-foods inspirés des authentiques " Diners " des années 50 avec juke-box de rigueur », indique Marianne Chandernagor.

« C’est une plongée nostalgique dans la fameuse époque des 30 glorieuses »

Plusieurs événements vintages permettent aussi de capter cette clientèle nostalgique. Comme l’Anjou Vélo Vintage, une randonnée qui a lieu en juin à Saumur, où les cyclistes doivent impérativement s’équiper d’une bicyclette datant d’avant 1987 et d’une tenue rétro. « Idem pour le Rallye La route des Villages, un rallye en 2 CV organisé en mai par l’entreprise 4 roues sous 1 parapluie, avec "Les Plus Beaux Villages de France" », ajoute Guy Raffour, PDG du cabinet d’étude spécialisé dans le tourisme, Raffour Interactif. « Sans oublier  La Meule Bleue, une grande course de mobylettes vintage en Vendée qui a lieu en septembre », indique Didier Arino.

Des prestations touristiques qui séduisent toutes les catégories de touristes. « Les retraités ont l’impression de retrouver un peu de leur jeunesse. C’est une plongée nostalgique dans la fameuse époque des 30 glorieuses, qui était plus insouciante », souligne Guy Raffour. « Mais les jeunes fantasment aussi sur une période de liberté qu’ils n’ont pas vécue, d’où leur attrait pour le vintage », estime Marianne Chandernagor. Quant aux touristes étrangers, cette mode rétro se marie bien avec une certaine idée qu’ils ont parfois de la France…

« La mode du tourisme vintage ne sera pas un feu de paille »

Cette tendance du tourisme vintage s’inscrit aussi « dans le besoin de retour aux racines, au naturel et au terroir que l’on sent chez les voyageurs Français, accompagné par l’envie de prendre son temps », explique Marianne Chandernagor. « Cela marque également la volonté de plus en plus marquée des vacanciers de s’offrir une réelle expérience lors des vacances. Ils veulent sortir des sentiers battus », ajoute Guy Raffour. « Il y a aussi une dimension d’entre-soi, car on se retrouve entre passionnés de vieilles voitures, de déco années 70, des années 60… », renchérit Didier Arino. Et comme les vacanciers heureux racontent avec émoi leurs souvenirs de voyage, le bouche-à-oreille fonctionne très bien. « Ce qui fait que la mode du tourisme vintage ne sera pas un feu de paille, mais va encore durer longtemps », prédit Marianne Chandernagor.