Costumes de François Fillon: «C’est devenu assez rare, ce niveau de prix», estime Gilles Attaf

CHIC Le candidat Les Républicains cultive depuis toujours une style vestimentaire de dandy et, pour cela, n'hésite pas à mettre la main au portefeuille...

Bryan Faham et Lucie Bras

— 

François Fillon lors du deuxième tour de la primaire de la droite et du centre.
François Fillon lors du deuxième tour de la primaire de la droite et du centre. — Eric Feferberg/AP/SIPA

On savait François Fillon adepte du chic, mais pas à ce point. Deux costumes à 6.000 euros pièce, conçus sur mesure par l’un des tailleurs les plus en vue de Paris, se sont invités dans sa campagne politique. Le cadeau d’un ami généreux, qui les aurait réglés pour lui. Au-delà de l’affaire, c’est une autre facette de la personnalité du candidat qui a fait tiquer certains de ses soutiens.

François Fillon affectionne le luxe, le luxe qui lui va bien. Une apparence de dandy, cultivée depuis toujours, il suffit de le regarder. « François Fillon a toujours été intéressé par l’élégance », assure Elisabeth Pineau, journaliste et coauteur du livre Le vestiaire des politiques. Sa belle montre, ses chaussettes Gammarelli rouges, conçues par le tailleur du Pape, sa veste forestière… Bref, un costume de candidat présidentiable, qui rassure. « Ce qu’on voyait c’était l’élégance, et l’appartenance à un milieu. Ça collait avec ses ambitions présidentielles, celles de la droite conservatrice », poursuit-elle.

Mais à 6.000 euros le costume, même ses soutiens les plus assidus ont été un peu secoués. « C’est devenu assez rare, ce niveau de prix », confirme Gilles Attaf, PDG de Smuggler, les costumes made in France vus sur François Hollande, Aquilino Morelle, Pierre Moscovici, Yves Jégo, Jean-Marie Le Guen. Un costume sur mesure pour moins de 1.000 euros. « Aujourd’hui, l’image des politiques a beaucoup d’importance et le costume en fait partie. Ils veulent des habits qui véhiculent un message, comme la veste charpentier de Mélenchon, qui lui donne un côté ouvrier ».

Macron et Hollande plus modestes

Pour ne pas choquer ses électeurs, Emmanuel Macron avait déjà fait ce choix de revoir ses objectifs à la baisse. Comme l’expliquait Paris Match en novembre dernier, pour ne pas exploser ses comptes de campagne, le candidat du mouvement En Marche ! a abandonné Lagouda et ses costumes sur-mesure à 1.200 euros. Il opte maintenant pour les demi-mesures de Jonas et Cie entre 340 et 380 euros. L’ex-ministre de l’économie porte notamment des tons de bleu, que le couturier propose sur une trentaine de tissus différents.

Parmi ses clients, Jonas et Cie compte aussi Vincent Peillon, plusieurs sénateurs et députés. Même volonté de modestie pour François Hollande quand son ami Serge Moati l’a traîné chez Arnys pour qu’il s’achète un costume. Le chef de l’Etat a refusé, prétextant que ces costumes étaient « trop chers », raconte Le Monde.

François Hollande, à qui l’on a reproché de ne pas faire assez présidentiable. « Les Français sont assez paradoxaux. Le président doit bien s’habiller, mais sans excéder une certaine limite. Dans le cas Fillon, ce qui était un avantage au départ devient un défaut. Ce n’est plus du tout rassurant », souligne Elizabeth Pineau. Le costume des politiques évolue en fonction des élections. Quitte à franchir la ligne ténue entre l’allure d’un présidentiable et l’excès de luxe.