VIDEO. Avec des «pipes à Hidalgo», le maire LR Philippe Pemezec qualifié de Macho de l’année

SEXISME Le maire Les Républicains du Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine) remporte le prix Macho de l’année attribué par les Chiennes de garde…

Aurélie Bazzara

— 

Le maire du Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine), Philippe Pemezec, a reçu le prix Macho 2016 des Chiennes de garde et du magazine «Causette».
Le maire du Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine), Philippe Pemezec, a reçu le prix Macho 2016 des Chiennes de garde et du magazine «Causette». — IBO/SIPA

Un prix qui a la dent dure. L’association féministe Les Chiennes de garde a attribué ses prix Macho en partenariat avec le magazine Causette. La petite phrase qui « reçoit le déshonneur des féministes » est celle prononcée par le maire du Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine), Philippe Pemezec, sur RTL le 12 juin 2016 : « Qu’est-ce qu’ils ont tous à se précipiter autour d’elle, tous ces mecs ? Ils sont comme untel, à vouloir se faire tailler des pipes par Hidalgo [la maire e Paris]. »

Deux pubs saluées pour leur communication non-sexiste

Autre politique épinglé par les Chiennes de garde et Causette, Pierre Lellouche, député de Paris, et auteur de « Je commente l’international, les choses sérieuses, pas les histoires de bonnes femmes ». Une saillie, une nouvelle fois prononcée sur RTL.

Les prix Macho concernent également les publicités sexistes. Pour 2016, Dépiltech obtient l’affiche la plus sexiste pour une affiche « Ohhh… Quelle belle fourrure ! » et la vidéo la plus sexiste est attribuée à la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature pour Zone humide.

Les féministes ont tenu à saluer la communication non-sexiste d’une vidéo d’Always et de l’affiche Le Jeu pour tous.

L’association s’insurge contre la banalisation du sexisme et regrette « que cette année encore, la politique soit le secteur dans lequel le plus de stéréotypes sexistes sont évoqués, mentionnant sans cesse la sexualité ou le corps des femmes ».