Pôle emploi: 13,36% des salariés en grève pour «défendre le service public»

SOCIAL Plusieurs syndicats dénoncent la « transformation » du métier de conseiller chargé de l’indemnisation et la « dématérialisation à outrance »…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration Pole Emploi.
Illustration Pole Emploi. — Alexandre GELEBART/20MINUTES

« Touchez pas à nos métiers ! », ont scandé ce lundi matin des manifestants parisiens. La grève à Pôle emploi, lancée à l’appel de quatre syndicats (FO, SNU-FSU, CGT et Sud), était suivie ce lundi par 13,36 % des salariés et la « quasi-totalité » des agences étaient ouvertes, a indiqué la direction de l’opérateur public.

Quatre agences étaient fermées, sur plus de 850 en métropole et en Outre-mer, a précisé la direction dans un communiqué.

Le « retrait » de l’accord sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Les syndicats FO, SNU-FSU, CGT, qui représentent 44 % des agents de l’opérateur, et Sud (non représentatif), ont appelé à une grève ce lundi, reconductible mardi, contre la « transformation » du métier de conseiller chargé de l’indemnisation, la « dématérialisation à outrance » et pour la « défense du service public ».

Environ 200 salariés ont manifesté dans la matinée dans l’est de Paris sous la pluie entre la place Gambetta, dans le 20e arrondissement, et le siège de la direction générale, Porte des Lilas. Dix-huit rassemblements étaient également organisés dans les capitales régionales, selon le SNU-FSU. « Non, non, non à la GPEC ! » ont scandé les manifestants. Ils demandaient le « retrait » de l’accord sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), signé par la CFDT, la CFE-CGC et la CFTC, qui vise à accroître les effectifs de conseillers à l’emploi via un redéploiement des agents chargés de l’indemnisation.

>> A lire aussi : Appel à la grève illimitée dans toute la région PACA

Des représentants des syndicats grévistes devaient être reçus à 11h par la direction générale de Pôle emploi, puis à 15h au cabinet de la ministre du Travail, Myriam El Khomri, selon les syndicats.