Présidentielle: «Coup monté», «pipeau», «complot», les militants FN se moquent des affaires

POLITIQUE Les partisans du Front national assurent ne pas être inquiets des mises en examen dans l'entourage de Marine Le Pen...

Frédéric Brenon

— 

Les militants FN au meeting de Marine Le Pen au Zénith de Nantes.
Les militants FN au meeting de Marine Le Pen au Zénith de Nantes. — F.Brenon/20Minutes

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça ne les préoccupe pas plus que ça. La plupart des militants FN présents au meeting de Marine Le Pen ce dimanche à Nantes préfèrent fermer les yeux sur les affaires qui visent la candidate à la présidentielle et son entourage.

La cheffe de cabinet de Marine Le Pen, Catherine Griset, et un pilier de la communication du FN, Frédéric Chatillon, ont pourtant tour à tour été mis en examen ces derniers jours pour des soupçons d’emplois fictifs au Parlement européen et de financement illégal des campagnes électorales en 2014 et 2015.

« Juges et journalistes corrompus »

« On s’en fout royalement, assure Yvan, adhérent frontiste. Tout ça c’est un coup monté pour décrédibiliser le parti. Personne n’est dupe. On a l’habitude d’être la cible des médias. Ça n’empêche pas les Français d’ouvrir les yeux davantage à chaque élection. » « Ça ne nous inquiète pas, ça nous agace, ajoutent Véronique et Hervé. Pourquoi ces affaires sortent-elles aujourd’hui ? A qui profite le crime ? Au pouvoir sortant, c’est évident. »

>> A lire aussi : Nantes: Deux cars de militants FN pris pour cible par des opposants

« C’est du pipeau tout ça ! est, elle aussi, convaincue Denise. D’ailleurs, vous m’emmerdez avec vos questions ». « C’est un complot, ni plus, ni moins. Vivement que Marine Le Pen soit élue pour faire le ménage parmi tous ces juges et journalistes corrompus », renchérit sa copine Christiane.

« On s’en serait quand même bien passé »

Bruno, récent adhérent, est plus modéré, mais pas inquiet non plus. « S’ils ont vraiment fait des conneries, ils paieront, c’est normal, lâche-t-il. Mais vous verrez que ça n’ira pas plus loin. Marine Le Pen a raison ne pas répondre aux convocations de la police. »

>> A lire aussi : Affaires Fillon et Le Pen: Urvoas exclut une pause judiciaire pendant la campagne

Pour Valentin, la candidate frontiste est tout autant victime que l’est François Fillon. « Dans les deux cas, c’est le système médiatique qui cherche à faire tomber un parti. On fait peur aux gens en faisant des raccourcis sur des dossiers complexes. Mais ça ne fera pas changer d’avis les électeurs convaincus que le programme du FN est le seul qui vaille. La situation du pays est tellement critique qu’ils veulent que ça change. »

Christophe, simple sympathisant, s’avoue tout de même un peu perplexe. « J’espère vraiment qu’il n’y a pas de cadavre dans le placard. Ce serait dommage. Je pensais que Marine Le Pen était au-dessus de ça. » « On s’en serait quand même bien passé, reconnaît Victorine. Les indécis, par exemple, ce genre d’affaires peut influencer leur vote. Mais je suis confiante. On va gagner ! »