Soixante-dix salariés d'ING apprennent la disparition de leurs postes... par mail

LICENCIEMENT Le courrier électronique leur a été envoyé par erreur par la direction...

L.B. avec AFP
— 
Le siège de la banque ING Direct aux Pays-Bas.
Le siège de la banque ING Direct aux Pays-Bas. — EVERT ELZINGA / ANP / AFP

Des salariés français de la banque ING ont reçu un mail leur annonçant leur futur licenciement. D'après Le Parisien, le 28 novembre dernier, un courrier électronique est envoyé par erreur aux salariés par la direction des ressources humaines. A l’intérieur, un rapport destiné au comité de direction de la banque en ligne, qui préconisait la fermeture de trois sites français à Reims, Paris et Lyon.

En tout, ce rapport de 26 pages consacrés au plan social met 70 postes sur la sellette, soit 10 % des effectifs français de la banque en ligne. Le rapport prévoit également un calendrier des annonces et met en garde contre des « risques » associés : grèves, dégradation du service clients ou démotivation.

Les salariés manifestent

Interrogée par les salariés, l’entreprise répond : « Ce n’est qu’un projet. » Cette déclaration correspond au discours préconisé page 4 du document : « Toujours utiliser le conditionnel » puisqu’il ne s’agit que d’un « projet ».

Contacté par Le Parisien, le membre de la direction des ressources humaines qui a envoyé ce courriel n’a pas souhaité s’exprimer.

Les salariés ont manifesté à Paris, indique leur avocat Thomas Hollande, mandaté par les organisations syndicales d’ING. De son côté, la direction rappelle que 25 postes seront créés sur un site parisien et insiste sur le contexte de taux d’intérêt bas qui « réduit » les marges du secteur bancaire.