Braquage de Kim Kardashian: Des images inédites des suspects révélées

FAITS DIVERS TF1 a notamment dévoilé des images de vidéosurveillance, dans une enquête exclusive diffusée ce dimanche soir dans le JT de 20h…

C.P.

— 

Kim Kardashian a été victime d'un braquage à Paris, rue Tronchet, dans la nuit de dimanche à lundi.
Kim Kardashian a été victime d'un braquage à Paris, rue Tronchet, dans la nuit de dimanche à lundi. — Simon Decleves/SIPA

« Ma copine », « le gros » « yeux bleus » « la boule ». Les noms des suspects sont dignes des Tontons flingueurs et le scénario proche de celui d’un vieux polar franchouillard. Dans une enquête exclusive diffusée ce dimanche soir, TF1 a dévoilé les images inédites des braqueurs présumés de Kim Kardashian, le 3 octobre à Paris.

>> A lire aussi : Braquage de Kim Kardashian: Des extraits de l'audition d'un des braqueurs dévoilés

« Papys braqueurs » âgés de 60 à 72 ans.

On y découvre notamment que les membres du commando interpellés le 9 janvier dernier sont des « papys braqueurs » âgés de 60 à 72 ans. Les images de vidéo surveillance montrent les 5 hommes s’approchant progressivement, en voiture, à pied et à vélo, de l’hôtel particulier où résidait la starlette de téléréalité pendant la Fashion week parisienne mais aussi le rouleau de ruban adhésif qui a servi à la bâillonner et les liens en plastiques utilisés pour la ligoter.

Après le casse, on voit l’un des deux braqueurs repartir à vélo et tomber deux fois, au point de renverser une partie de sa cargaison de bijoux… dans le caniveau où un diamant de 30.000 dollars de ne sera jamais retrouvé.

>> A lire aussi : Braquage de Kim Kardashian: «Il m'a demandé où étaient les bijoux et l'argent», raconte la star

Un QG à la terrasse d’un bar parisien

Surveillés jour et nuit pendant des mois par la Brigade de répression du banditisme, on voit les braqueurs discuter à la terrasse de leur bar-QG à Paris ou dans des gares en partance pour Anvers (en Belgique) où ils revendaient les bijoux de la star américaine.

On apprend aussi que ces vétérans du grand banditisme ne communiquaient que par langage codé par téléphone (le butin était ainsi rebaptisé "le cadeau du petit")… et qu’ils avaient d’autres projets de « saucissonnages » dans les beaux quartiers.

Dix suspects sont aujourd’hui mis en examen, neuf d’entre eux sont écroués. Le butin, d’une valeur estimée à 9 millions d’euros de butin), demeure introuvable.