Les infos du matin: L'impossible campagne de Fillon, fusillades à Marseille et Théo sort de l'hôpital

RECAP' « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin…

F.F.

— 

François Fillon en metting à Compiègne le 15 fevrier 2017.
François Fillon en metting à Compiègne le 15 fevrier 2017. — FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Dans toute la France, la campagne de François Fillon toujours étouffée par le Penelopegate

Tours, Versailles, Bordeaux, Toulouse, Nantes… Dix-sept « orateurs nationaux » ont été désignés pour prendre la parole ces jeudi et vendredi à travers toute la France pour remettre la campagne de François Fillon en marche. Mais il aura été beaucoup, beaucoup, beaucoup question du Penelope Gate. « Cela va être dur », a même concédé Alain Juppé, invité à prendre la parole à Bordeaux. 20 Minutes est allé prendre la température dans quatre meetings ce jeudi soir. Et elle n’était pas au beau fixe…

>> A lire aussi : Tiens, tiens, revoilà (en douce) Nicolas Sarkozy

Nuit sanglante à Marseille

Nouveaux règlements de comptes dans la région de Marseille (Bouches-du-Rhône). Une fusillade sur l’autoroute A 55, près de la commune de Gignac, a fait un mort et deux véhicules ont été brûlés. A Aix-en-Provence, un jeune homme de 25 ans, inconnu des services de police, a été tué par balles. Arrivés sur place les secours ont constaté plusieurs impacts de balles sur le corps. Selon les premiers éléments de l’enquête, il ne s’agirait pas d’un règlement de compte. Enfin, toujours dans la même nuit, à Marseille, un homme a été blessé par balles dans le 13e arrondissement, dans les quartiers nord de la ville, dans des circonstances non élucidées, selon les secours et la police.

Théo est sorti de l’hôpital et s’est exprimé

Il va mieux. Le jeune Théo a quitté l’hôpital jeudi, deux semaines après son viol présumé lors d’une interpellation en Seine-Saint-Denis, une affaire qui a déclenché des violences en région parisienne et remis la question des banlieues au cœur des débats à deux mois de la présidentielle. « Je suis très fatigué. La blessure n’est pas encore guérie. (…) Je devais rester encore dix jours mais je n’ai pas pu accepter car je ne sais pas si j’aurais réussi à tenir mentalement », déclare le jeune homme de 22 ans dans une vidéo postée sur Facebook, remerciant les gens qui l’ont soutenu.

>> A lire aussi : Anne Roumanoff, Patrick Bruel et d'autres artistes dénoncent les violences policières