Le Medef accepte de rouvrir une négociation sur l’assurance chômage

SOCIAL La décision définitive sera prise mercredi, après une réunion des partenaires sociaux…

20 Minutes avec AFP
— 
Pierre Gattaz, le président du Medef, le 13 décembre 2016.
Pierre Gattaz, le président du Medef, le 13 décembre 2016. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Le Medef donne son feu vert pour rouvrir la négociation sur l’assurance chômage, alors que les partenaires sociaux doivent se décider mercredi. Cet après-midi, les membres du Conseil exécutif du Medef se sont rassemblés pour voter « oui » à l’ouverture d’une négociation avec les organisations syndicales pour réformer le chômage.

C’est Alexandre Saubot, président du pôle social du Medef qui sera chargé de ce dossier. Dans son communiqué, l’organisme patronal ne révèle pas le contenu des transformations de l’assurance chômage mais rappelle « l’impérieuse nécessité de ne pas alourdir le coût du travail » et « le besoin de flexibilité de notre économie ».

La négociation avait échoué en juin à la suite du refus du patronat de moduler la taxation des contrats courts, condition sine qua non de tous les syndicats à un éventuel accord.

Les travailleurs frontaliers et le financement de Pôle emploi

L’organisation réaffirme toutefois « son attachement à la gestion paritaire » de l’assurance chômage. La refondation de l’assurance-chômage se fera donc bien avec les syndicats. L’organisation patronale appelle par ailleurs l’Etat à « prendre ses responsabilités », notamment sur l’indemnisation des travailleurs « frontaliers » et sur le « financement de Pôle emploi ». L’opérateur public est financé aux deux tiers par l’Unédic, le gestionnaire paritaire du régime, à hauteur de plus 3 milliards d’euros par an.

« Le Medef espère que le gouvernement sera au rendez-vous » pour « assumer les coûts issus de ces choix politiques », insiste le communiqué. Les partenaires sociaux doivent se retrouver mercredi pour une dernière réunion de diagnostic du marché du travail, à l’issue de laquelle ils devront décider de rouvrir ou non la négociation.