Affaire Théo: Bernard Cazeneuve juge les violences «inacceptables»

RÉACTION Il recevait ce matin des associations de lutte contre le racisme…

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve sanctionne les violences qui éclatent partout en France après l'affaire Théo.
Le Premier ministre Bernard Cazeneuve sanctionne les violences qui éclatent partout en France après l'affaire Théo. — Pablo GARRIGOS/EU/SIPA

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a estimé lundi que « l’émotion légitime » suscitée par l’affaire Théo ne justifie pas les « violences inacceptables » qui se sont produites le week-end dernier à Bobigny et à Argenteuil, en évoquant les incidents en marge de la manifestation de soutien à Théo et sa famille à Bobigny.

>> A lire aussi : «Théo n'est pas l'affaire de trop, parce que ça arrive tous les jours»... Nous étions à la manif en soutien à Théo

Le Premier ministre, qui recevait les associations de lutte contre le racisme, a rappelé le « devoir d’exemplarité des forces de l’ordre ». Il a également insisté sur la volonté du gouvernement de « poursuivre le travail de renforcement de la confiance entre la police et la population », dans un communiqué publié après la rencontre.

« J’appelle au calme »

Un peu plus tôt dans la matinée, c’est le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux qui lançait un appel au calme. « Je condamne de la façon la plus forte toutes les violences qui ont eu lieu durant le week-end », a dit le ministre en citant Argenteuil et Bobigny.

« J’appelle au calme », « à la responsabilité, à la sérénité, à la confiance dans la justice », a-t-il dit, alors que les violences qui se succèdent depuis plus d’une semaine ont remis les banlieues dans le débat à quelques semaines de la présidentielle.

Dimanche, pour la première fois depuis la brutale interpellation le 2 février de Théo, jeune homme de 22 ans, des violences urbaines ont eu lieu en dehors de la Seine-Saint-Denis.

A Argenteuil dans le Val-d’Oise, onze personnes, dont huit mineurs, ont été interpellées, après des heurts avec les forces de l’ordre. D’autres heurts ont eu lieu dans les Hauts-de-Seine, à Nanterre, en Seine-et-Marne à Torcy, ainsi qu’en province, à Villeurbanne (Rhône), Chambéry (Savoie) et Rodez (Aveyron).