Attentat à Strasbourg: Quatre questions sur la BST, la police des quartiers sensibles qui a abattu Chérif Chekatt

TERRORISME Ce sont trois policiers de la BST, la brigade spécialisée de terrain, qui ont abattu ce jeudi Cherif Chekatt...

Lucie Bras

— 

Des agents de la brigade spécialisée de terrain (illustration).
Des agents de la brigade spécialisée de terrain (illustration). — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
  • Chérif Chekatt a été abattu jeudi soir par les policiers.
  • Le terroriste a été neutralisé par un équipage de la BST.

EDIT [article mis à jour le 13 décembre 2018 après la mort de l'auteur présumé de l'attentat de Strasboug, Chérif Chekatt, abattu par trois policiers de la BST]

Chérif Chekatt a été abattu, jeudi soir, à Strasbourg. Suspecté d’avoir tué trois personnes et d’en avoir blessé des dizaines d’autres, mardi, près du marché de Noël de la ville, il a été repéré par trois policiers de la BST, la brigade spécialisée de terrain, déambulant rue du Lazaret, dans le quartier du Neudorf. Alors qu’ils tentaient de l’interpeller, ils a ouvert le feu dans leur direction. Les fonctionnaires ont riposté et l’ont neutralisé, a expliqué Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, lors d’un point presse.

Ce sont donc des policiers de terrain, et non des effectifs d’une unité spécialisée comme le Raid, qui ont mis fin à la traque du terroriste. 20 Minutes avait consacré un article à cette unité il y a quelques mois, que nous republions ce soir.

La BST, c’est quoi ?

Ces nouvelles brigades créées en 2010 par Brice Hortefeux, à l’époque ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy, remplacent les UTeQ (unités territoriales de quartier). Leur champ d’action est plus étendu. Désormais, les BST sont affectées à une zone et non plus à un quartier. D’après un rapport du Sénat datant de 2010, ces brigades opèrent dans un périmètre fermé, mais « évolutif en fonction de la délinquance constatée ».

Ces unités présentent donc plus de souplesse sur la zone à couvrir. « C’est une brigade plus musclée en quelque sorte », précise Loïc Lecouplier, secrétaire national adjoint Paris du syndicat Alliance police nationale.

En France, il existe 42 unités BST (hors du secteur de la préfecture de Paris).

Quelles sont ses missions ?

Les agents se déplacent toujours par petits groupes et en tenue. Sur le papier, ces unités armées ont deux objectifs majeurs : lutter contre la petite délinquance et le trafic, tout en créant des liens de confiance avec la population et les commerçants.

Qui sont les policiers de la BST ?

L’agent doit être « au minimum titulaire, c’est-à-dire un an après l’école de Police », ajoute Loïc Lecouplier. L’admission est basée sur le volontariat des policiers : les dossiers sont examinés et les agents de la BST sélectionnés sont détachés de Police secours pour être dédiés à une « zone sensible ».

Comment sont formés ces agents ?

La formation dure trois semaines :les agents apprennent à utiliser les armes à leur disposition (bâtons, grenades de désencerclement et lanceurs de balles de défense) et suivent un cours de sensibilisation aux violences urbaines. Aux débuts de la BST en 2010, les agents passaient d’abord par une période de stage, mais cette disposition a été ensuite supprimée.