Les infos immanquables du jour: François Fillon, Lady Gaga et Aulnay-sous-bois

ACTU Ce qu'il ne fallait pas manquer dans l'actualité de ce lundi 6 février...

Armelle Le Goff

— 

François Fillon lors de sa conférence de presse, le 6 février 2017.
François Fillon lors de sa conférence de presse, le 6 février 2017. — MARTIN BUREAU / AFP

Il y a des jours où il ne faut vraiment pas manquer les immanquables… Ce lundi est un jour comme ça.

L’article le plus lu du jour : « Excuses », « lynchage »… Ce qu’il faut retenir de la conférence de presse de François Fillon

François Fillon s’est exprimé depuis son QG dans le XVe arrondissement de Paris ce lundi, à 16 heures. Douze jours après les révélations du Canard enchaîné sur l’emploi présumé fictif de son épouse Penelope Fillon, le candidat à la présidentielle a dit comprendre « les interrogations » et le « besoin de me voir clarifier les choses ». Voici les principaux points de son discours.

L’article le plus partagé du jour : Lady Gaga au Superbowl : Politique, apocalypse, superhéroïne… On a décrypté le show

« Les seules déclarations que je ferai durant mon spectacle sont celles que j’ai faites de manière constante durant toute ma carrière », avait prévenu la semaine passée Lady Gaga. De l’artiste qui a fait le show ce dimanche lors de la 51e finale du Superbowl à Houston au Texas, certains attendaient une prise de position tranchée au sujet de l’accession de Donald Trump au pouvoir. La pop star a donc préféré la rébellion en douceur au tract punk, mais sa prestation était loin d’être consensuelle. Décryptage.

L’article à lire du jour : Aulnay-sous-Bois : « On nous aime quand on brille dans le sport mais sinon, on se fait insulter »

« Cette affaire ne nous fait pas plaisir », s’exclame ce dimanche un policier, au pied d’un immeuble de la cité des 3000, dans le quartier de la Rose-des-Vents à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) où un jeune homme de 22 ans a été gravement blessé à coups de matraque lors d’une interpellation violente jeudi dernier. A quelques mètres de lui, plusieurs tags anti-police ont été inscrits sur des murs. Notamment un « Police violeurs » accompagné d’une tête de cochon. « Nous n’étions pas là lors de l’interpellation, nous ne pouvons rien dire », balaye-t-il, alors que des incidents ont éclaté samedi et dimanche soir dans le quartier. Des événements sur lesquels nous revenons par ici.