Aulnay-sous-Bois: Les policiers présentés à un juge d'instruction pour «violences volontaires en réunion»

FAITS DIVERS Quatre policiers sont soupçonnés d'avoir porté de violents coups de matraque à un jeune homme et de l'avoir gravement blessé lors d'une interpellation...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'un policier lors d'un contrôle, à Toulouse.
Illustration d'un policier lors d'un contrôle, à Toulouse. — B. Colin / 20 Minutes

Ils seront présentés « dans la journée » à un juge d’instruction. Le parquet de Bobigny a annoncé ce dimanche l’ouverture d’une information judiciaire à l’encontre de quatre policiers pour violences volontaires avec arme par personnes dépositaires de l’autorité publique, après l’interpellation au cours de laquelle un jeune homme de 22 ans a été blessé jeudi à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Les quatre policiers, qui nient les accusations, sont soupçonnés d’avoir porté de violents coups de matraque à ce jeune homme, gravement blessé au niveau de la zone rectale et toujours hospitalisé.

Les accusations de « viol » requalifiées en « violences volontaires »

Au départ, ces quatre fonctionnaires étaient accusés de « viol en réunion ». Le parquet a requis le placement sous contrôle judiciaire des policiers, qui sont en garde à vue depuis jeudi soir dans les locaux de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Jeudi, après-midi, ils ont procédé à une « interpellation musclée » du jeune Aulnaysien après qu’une opération de « contrôle » a dégénéré, selon une source proche de l’enquête.

La scène, filmée par la vidéosurveillance et des témoins, montre un policier « porter un coup de matraque horizontal au niveau des fesses » du jeune homme, après que son « pantalon a glissé tout seul », selon cette même source. Ceci explique la requalification des accusations de « viol » en « violences volontaires ».

« Section du muscle sphinctérien » et 60 jours d’ITT

Le jeune homme a quant à lui affirmé que l’un des policiers lui aurait introduit volontairement sa matraque dans l’anus. Hospitalisé, un médecin lui a diagnostiqué « une plaie longitudinale du canal anal » et une « section du muscle sphinctérien », et lui a prescrit 60 jours d’incapacité totale de travail (ITT). L’Aulnaysien a dû subir une intervention chirurgicale.

Samedi, des incidents – voiture brûlée, abribus cassés… – ont éclaté à Aulnay-sous-Bois, entre 21 heures et 23 heures, dans le quartier de la Rose des Sables où s’est déroulée l’interpellation.

Le maire s’insurge sur Twitter

Sur Twitter, le maire LR d’Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza, a posté une lettre ouverte pour dire sa colère. « Je ne comprends pas cette requalification. Nous, les Aulnaysiens, ne pouvons pas comprendre cette requalification. Elle est vécue comme un détournement de la vérité. (…) L’enquête pénale doit être menée le plus rapidement possible et en toute transparence, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. » Le maire en appelle au ministère de l’Intérieur pour la lumière soit faite sur cette agression.