Militaires attaqués au Louvre: L'assaillant placé en garde à vue à l'hôpital

TERRORISME L'état de santé du suspect, qui souffre de blessures sérieuses à l'abdomen, s'est nettement amélioré samedi...

20 Minutes avec AFP
— 
Des policier en faction près du musée du Louvre, à Paris, le 3 février 2017.
Des policier en faction près du musée du Louvre, à Paris, le 3 février 2017. — Cedric Corroy

L'auteur de l'attaque à la machette sur quatre militaires, vendredi sur le site du musée du Louvre à Paris, grièvement blessé par les tirs d'un soldat, a été placé en garde à vue à l'hôpital, a-t-on appris samedi de source proche de l'enquête.

>> A lire aussi: L’Intérieur n’a pas jugé «pertinent» de déclencher l’application SAIP «Alerte Attentat»

L'état de santé du suspect, qui souffre de blessures sérieuses à l'abdomen, s'est nettement amélioré samedi et «son pronostic vital n'est plus engagé», selon la source. Le corps médical l'ayant déclaré «audible», il a été placé en garde à vue à 18H45 à l'hôpital Georges-Pompidou à Paris, où il pourra être interrogé par les enquêteurs.

>> A lire aussi: Le suspect n'a montré aucun signe de radicalisation, selon son père

96 heures de garde à vue

Les auditions devraient commencer dimanche «sous réserve de l'évolution de son état de santé», a précisé la source. Sa garde à vue peut durer 96 heures, le délai prévu dans les affaires de terrorisme.

L'enquête a permis de cibler un Egyptien de 29 ans, inconnu des services de police, qui pourrait être Abdallah El-Hamahmy, sous réserve que cette identité n'ait pas été usurpée, ce qui fait l'objet de vérifications. Ce résidant aux Emirats arabes unis est entré légalement en France le 26 janvier, avec un visa touristique, par un vol en provenance de Dubaï, avant de séjourner dans un appartement proche des Champs-Elysées, a révélé vendredi le procureur de Paris, François Molins.

>> A lire aussi: Le suspect, un Egyptien de 29 ans, aurait tweeté juste avant l'attaque

Les motivations de l'assaillant ne sont pas encore connues, mais il s'agit d'«un acte dont le caractère terroriste ne fait guère de doute», selon le président François Hollande. Aucune allégeance à un groupe djihadiste n'a été retrouvé lors de la perquisition dans le logement qu'il a loué.