Seine-Saint-Denis: Quatre policiers soupçonnés de viol placés en garde à vue

FAITS DIVERS L'agression aurait eu lieu à Aulnay-sous-Bois lors de l'interpellation d'un jeune homme...

L.Be.

— 

Police (Illustration)
Police (Illustration) — JEROME MARS/JDD/SIPA

Quatre policiers soupçonnés de viol en réunion sur un jeune de 22 ans ont été placés en garde à vue par l’inspection générale de la police nationale.Selon des informtaions du Parisien confirmées par l’AFP, les faits se sont déroulés à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis dans la nuit de jeudi à vendredi.

Jeudi, vers 17h, les quatre fonctionnaires procèdent à un contrôle dans la cité des 3.000 quand un jeune homme d’une vingtaine d’années « s’interpose violemment », selon une source policière. S’ensuit une « bagarre », filmée par les caméras de la police municipale, avant que le jeune homme, ne soit menotté puis emmené au commissariat de la ville.

Saignements à la bouche et à l’anus

Après son arrestation, le jeune homme se serait plaint « de saignements à la bouche et à l’anus », raconte au quotidien une source proche du dossier. Selon la victime, l’un des officiers de police qui tentait de le maîtriser lui aurait introduit une matraque dans l’anus. Transporté à l’hôpital Robert Ballanger d’Aulnay, il est examiné par un médecin qui diagnostique « une déchirure de l’anus sur 10 cm » et lui prescrit 60 jours d’interruption totale de travail (ITT), a indiqué une source proche de l’enquête à l’AFP. Samedi matin, le jeune homme était toujours hospitalisé.

Le parquet de Bobigny a donc décidé d’ouvrir une enquête pour viol en réunion par personne dépositaire de l’autorité publique, confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

La garde à vue prolongée

Les quatre fonctionnaires, qui nient les accusations, ont vu leur garde à vue prolongée de 24 heures. De leur côté, les policiers reconnaissent « des coups de bâton télescopique » pour maîtriser le jeune homme, aurait indiqué un collègue au Parisien. Les vidéosurveillances devraient être analysées. Mais, une personne interrogée par Le Parisien, qui aurait pu visionner les images parle de violences, souligne que « des gestes à connotation sexuelle » n’ont pas été identifiées. Une cinquantaine de personnes auraient été témoins de cette interpellation et certaines auraient également filmé les faits. Leurs images sont en cours d’analyse ainsi que la matraque.

« S’il était avéré que les règles déontologiques, éthiques et de droit n’ont pas été scrupuleusement respectées, des sanctions adaptées seront évidemment prises », annonce le ministre de l’Intérieur.