Démarchage téléphonique: Pour huit inscrits sur dix, les appels commerciaux n'auraient pas suffisamment baissé avec Bloctel

PUBLICITE Entre 2,7 et 3 millions de personnes y ont souscrit…

20 Minutes avec agence
— 
Trop de démarchage par téléphone peut parfois conduire à un état de légère anxiété
Trop de démarchage par téléphone peut parfois conduire à un état de légère anxiété — SUPERSTOCK/SIPA

Mis en service en juin 2016, le service Bloctel permettant aux personnes inscrites de ne pas être la cible de démarchages téléphoniques a séduit les utilisateurs. Ils sont entre 2,7 et 3 millions à y avoir souscrit.

Mais côté efficacité, le bilan serait loin d’être satisfaisant puisque huit abonnés à Bloctel sur dix continuent à être dérangés par des appels commerciaux sur les numéros de téléphone qu’ils ont inscrits.

330.000 abonnés ont déposé une réclamation

Une enquête réalisée par l’UFC Que Choisir et publiée ce mardi indique en effet que 82 % des utilisateurs de Bloctel interrogés ont constaté que le nombre de coups de fils de démarchage « n’a pas ou que trop peu baissé » depuis sept mois. Une situation qui a poussé pas moins de 330.000 abonnés au service à déposer une réclamation auprès de Bloctel.

Car si, sur le papier, les 500 entreprises amenées à solliciter d’éventuels clients par téléphone et ayant adhéré à Bloctel sont tenues chaque mois de mettre à jour leurs banques de données pour en retirer les numéros des nouveaux souscripteurs au service, les choses sont parfois différentes en réalité. La faute à des sanctions trop rares et peu dissuasives, estime l’UFC Que Choisir.



Une pétition en ligne

Ainsi, seules deux mesures administratives ont été prises à l’encontre de professionnels fautifs depuis la mise en service de Bloctel. Et l’amende maximale prévue par la loi dans ce cadre est de 75.000 euros, une somme que l’association de consommateurs estime susceptible de mener certaines sociétés à continuer un démarchage devenu interdit mais potentiellement générateur de profit.

Voilà pourquoi l’UFC Que Choisir a décidé de lancer une pétition en ligne destinée à mettre fin au harcèlement téléphonique commercial et à appeler les autorités à intensifier les contrôles et les amendes. Elle a déjà recueilli près de 35.000 signatures.