Universités: Le gouvernement lance un site internet pour aider les étudiants à trouver un master

ORIENTATION Un nouveau portail d’information, trouvermonmaster.gouv.fr, est lancé ce mercredi pour aider les étudiants à s’orienter après la licence…

20 Minutes avec AFP
— 
Université Paris-Dauphine, illustration
Université Paris-Dauphine, illustration — SIMON ISABELLE/SIPA

Quel master après la licence ? Le gouvernement a lancé ce mercredi un portail d’information, trouvermonmaster.gouv.fr, pour aider les étudiants en fin de licence (Bac + 3) à trouver une formation en master, dont la réforme concernant la sélection prendra effet à la rentrée 2017. Le site internet répertorie 4.861 formations au total, a-t-on précisé au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

« Au fur et à mesure, le site sera mis à jour avec des informations sur la capacité d’accueil de chaque formation, les modalités de candidature des étudiants aux masters et les calendriers » pour les dépôts de dossier, a-t-on précisé.

Sur ce portail, les étudiants peuvent d’ores et déjà faire leurs recherches de formations par discipline, par métier ou par zone géographique. Pour candidater, l’étudiant sera ensuite redirigé vers les sites des masters choisis.

>> A lire aussi : Moins de soins, plus de fatigue.. Les conditions de vie des étudiants français se dégradent

Mettre fin à une « situation incohérente »

Toutefois, de nombreuses voix universitaires s’inquiètent qu’on propose aux étudiants de changer de région pour poursuivre leurs études, ou que des masters sans lien apparent avec les licences leur soient suggérés pour poursuivre leurs cursus.

Grâce à un compromis conclu le 4 octobre entre organisations étudiantes, enseignants et personnels et établissements d’enseignement supérieur, une loi permettant une sélection à l’entrée du master dès la rentrée 2017 a été promulguée le 23 décembre.

Pour la ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur, Najat Vallaud-Belkacem, ainsi que son secrétaire d’Etat, Thierry Mandon, l’objectif de cette loi était de mettre fin à une « situation incohérente » et « d’offrir des garanties de clarté et de continuité aux établissements et aux étudiants ».