Jeux à gratter: La Française des jeux ajoute un tirage complémentaire à son classique Loto

LOTERIE L’idée est de s’inspirer du mécanisme déjà adopté pour la loterie européenne Euros Millions avec « My Million ». A la clé ? Plus de chances pour les joueurs de tirer le jackpot…

20 Minutes avec AFP

— 

Des grilles de Loto à Paris, en janvier 2010.
Des grilles de Loto à Paris, en janvier 2010. — JDD / Sipa

La Française des jeux prépare une nouvelle formule du Loto, son jeu phare qui a fêté ses 40 ans l’an dernier. Les nouveautés entreront en vigueur le 6 mars prochain, selon les informations duParisien. Qu’est-ce qui change ? Le prix déjà. La grille coûtera 2,20 euros contre 2 euros jusque-là.

Un tirage complémentaire à la grille classique

Pour ce qui est des règles du jeu, elles ne seront pas modifiées. Il s’agira toujours de cocher cinq numéros parmi 49 et un numéro chance parmi dix. Pour tirer le jackpot, il faudra toujours trouver les six bons numéros. Cette condition ne survient pas à tous les coups, ce qui fait alors grossir le pactole au fil des semaines, rappelle Le Parisien.

>> Lire aussi: Jeu My Million: Depuis 2014, 18 gagnants sont passés à côté du pactole

A cette grille classique, la Française des jeux ajoute un tirage complémentaire sous forme de tombola, afin de garantir un gagnant à chaque tirage. La loterie transnationale Euromillions le fait déjà avec la tombola My Million. Cela permet alors d’assurer un gagnant à chaque tirage.

Une dizaine de codes gagnants à chaque tirage du Loto

A compter du 6 mars donc, au moment de valider son bulletin, le joueur se verra remettre sur son reçu un code unique. Une dizaine de ces codes seront alors tirés à chaque tirage du Loto. Soit trois fois par semaine, les lundis, mercredis et samedis.

En 2016, les ventes de tickets à gratter (du type Cash ou Astro) ont bondi de 7 % atteignant un chiffre d’affaires de 6,9 milliards d’euros. Mais les jeux de tirage, comme le Loto ou l’Euro Millions, sont eux en recul de 1,6 % pour un montant total de prises de jeu de 4,9 milliards d’euros, précise Le Parisien.