Val-de-Marne: Un adolescent meurt après avoir été battu par son beau-père

FAITS DIVERS L’adolescent a été retrouvé en arrêt cardio-respiratoire après avoir été battu à coups de ceinture…

20 Minutes avec AFP

— 

Véhicule de police en janvier 2017
Véhicule de police en janvier 2017 — O. Aballain / 20 Minutes

Un adolescent est mort vendredi soir dans un appartement de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) après avoir reçu des coups de son beau-père qui a été placé en garde à vue, a-t-on appris ce samedi auprès du parquet de Créteil.

>> A lire aussi : Enfants battus: Pourquoi certains témoins préfèrent se taire

Une correction infligée « parce qu’il n’allait plus à l’école »

Le jeune homme, âgé de 15 ans, est mort après avoir reçu des coups de ceinture de la part de cet homme de 36 ans qui a dit aux policiers avoir infligé une correction à l’adolescent « parce qu’il n’allait plus à l’école », selon une source proche du dossier.

« Il a corrigé très fortement son beau-fils à la ceinture vers 21h ou 22h » alors que le reste de la famille - la mère de 38 ans et ses quatre autres enfants - était présent dans l’appartement et « quand il est allé voir le garçon une heure après dans sa chambre, celui-ci était en arrêt cardio-respiratoire », selon cette même source.

La famille a prévenu les secours mais, malgré le massage cardiaque prodigué, le décès a été prononcé peu après 23h.

Casier judiciaire vierge

Le beau-père a aussitôt été interpellé et placé en garde à vue. Son casier judiciaire était vierge, a précisé le parquet à l’AFP.

La mère et les frères et sœurs de la victime, sous le choc, ont été hospitalisés au Kremlin-Bicêtre, une commune voisine.

Une autopsie du corps de l’adolescent a eu lieu ce samedi, mais les résultats n’étaient pas encore connus.

La garde à vue du beau-père « devrait se prolonger jusqu’à dimanche », a indiqué le parquet.

Le drame s’est déroulé dans le quartier populaire de la Commune-de-Paris, le plus densément construit de cette commune située au sud de la capitale.

La police judiciaire du Val-de-Marne est en charge de l’enquête.