Eure: Une ancienne employée des Balkany les accuse de «licenciement abusif» et «harcèlement moral»

JUSTICE L’employée a occupé son poste pendant six ans au moulin de Cossy à Giverny, une des demeures du couple saisies par la justice…

20 Minutes avec agence

— 

Patrick et Isabelle Balkany photographies lors du dernier Grand Meeting de Valerie Pecresse ( Les Republicains ) avant les Regionales a Rueil-Malmaison, le 3 décembre 2015.
Patrick et Isabelle Balkany photographies lors du dernier Grand Meeting de Valerie Pecresse ( Les Republicains ) avant les Regionales a Rueil-Malmaison, le 3 décembre 2015. — EREZ LICHTFELD/SIPA

Nouvelle affaire pour le couple Balkany. Une ancienne employée de maison accuse les époux de « licenciement abusif » et de « harcèlement moral ». Une audience de conciliation et d’orientation se tenait ce mardi devant le conseil de prud’hommes de Louviers (Eure), selon une information rapportée par Paris-Normandie.

Mais ni Patrick Balkany ni son épouse ne se sont déplacés. « Il n’y a pas eu conciliation. Les avocats de Patrick et Isabelle Balkany plaideront donc début juillet », précise Le Parisien.

« On va tout contester »

L’employée a occupé son poste pendant six ans au moulin de Cossy à Giverny, une des demeures du couple saisies par la justice. Remerciée en début d’année dernière, l’ex-salariée conteste le motif économique de son licenciement et demande des dommages et intérêts en réparation des préjudices subis.

« On va tout contester », a de son côté affirmé Me Grégoire Lafarge, avocat du couple Balkany. Faisant référence aux ennuis judiciaires rencontrés par les époux, il l’affirme : l’employée de maison « a été licenciée pour une raison très simple : avec des comptes bancaires bloqués par des avis à tiers détenteurs, à cause du fisc », ses clients, des « employeurs de bonne foi », sont « asséchés ».

>> A lire aussi : Le mariage suspect qui met le clan Balkany dans l'embarras

Dans la tourmente depuis octobre 2015

Pour rappel, les époux Balkany sont dans la tourmente depuis leur mise en examen en octobre 2015. Les magistrats financiers Renaud van Ruymbeke et Patricia Simon s’intéressent au patrimoine du couple, soupçonné de fraude fiscale.

En octobre dernier, pour la première fois dans ce dossier, le maire de Levallois-Perret a reconnu avoir détenu des comptes offshore.