Attentats de novembre: Salah Abdeslam ne s’est pas fait exploser car «sa ceinture n’aurait pas fonctionné»

TERRORISME Le seul terroriste survivant des attentats de Paris aurait également déclaré être « fier de son frère Brahim »…

H. B.

— 

Photo d'archives de Salah Abdeslam, diffusée le 15 novembre 2015 par la police française dans le cadre d'un appel à témoins.
Photo d'archives de Salah Abdeslam, diffusée le 15 novembre 2015 par la police française dans le cadre d'un appel à témoins. — POLICE NATIONALE / AFP

Pourquoi Salah Abdeslam ne s’est-il pas fait exploser le soir du 13 novembre 2015 ? Les enquêteurs, qui se sont très longtemps posés la question, ont aujourd’hui des éléments de réponse grâce aux auditions d’Abid Aberkan, le cousin du présumé terroriste qui l’avait aidé lors de sa cavale en mars 2016.

Selon le cousin d’Abdeslam, ce dernier avait bien l’intention de mourir comme kamikaze au Stade de France, mais sa ceinture explosive « n’aurait pas fonctionné », révèle RTL.

« Fier » de son frère Brahim qui s’est fait exploser

Toujours d’après Abid Aberkan, le seul terroriste survivant des attentats de Paris aurait également déclaré être « fier de son frère Brahim », qui lui s’est fait exploser dans un café parisien. Ces confidences sont précieuses pour les enquêteurs qui ne peuvent pas compter sur les auditions de Salah Abdeslam, qui se mure dans le silence depuis son extradition en France.

>> A lire aussi : Salah Abdeslam a encore refusé de parler aux juges

Abid Aberkan avait été arrêté en mars dernier en même temps que Salah Abdeslam. Il avait tenté d’aider son cousin, mais il avait finalement malgré lui conduit les policiers jusqu’à sa cache. Les enquêteurs avaient pu établir qu’il avait « planqué » Salah Abdeslam et son complice Amine Choukri chez sa mère, Djemila, qui vivait dans un immeuble communal du 79, rue des Quatre-Vents, à Molenbeek. Lui et son complice auraient trouvé refuge dans la cave du bâtiment. C’est là que la police belge les avait interpellés.