Alimentation: Moins de viande, de sel et de sucre, mais plus de légumineuses, recommande l'Anses

NUTRITION Et on y va molo molo sur la charcuterie, même en période de raclette... 

C.A

— 

L'Anses recommande d'être modéré sur la consommation de viande.
L'Anses recommande d'être modéré sur la consommation de viande. — ISOPIX / SIPA

Vous n’avez pas pu passer à côté de ces quelques conseils nutritionnels. Il est recommandé de manger « cinq fruits et légumes par jour ». Oui, mais pas que.

Dans leurs assiettes, les Français devraient mettre davantage de légumineuses et de céréales complètes, mais aussi lever le pied sur leur consommation de charcuteries et de boissons sucrées, a estimé ce mardi l’Agence nationale de sécurité de l'alimentation (Anses).

Des « évolutions fortes »

Dans un avis, l'Anses recommande d’apporter des « évolutions fortes » aux huit repères de consommation alimentaire, lancés en 2002 (au moins cinq fruits et légumes par jour, trois produits laitiers quotidiens, des féculents à chaque repas, des protéines animales une à deux fois par jour, limiter les matières grasses, les produits sucrés et le sel, et boire de l’eau à volonté).

L’agence a déterminé, au moyen d’un algorithme, quel régime alimentaire permettrait de couvrir les besoins nutritionnels de 97,5 % de la population adulte, tout en prévenant le risque de maladies chroniques et en limitant l’exposition aux contaminants alimentaires, a expliqué à l’AFP Irène Margaritis, nutritionniste qui a coordonné l’actualisation de ces repères alimentaires.

Elle a ensuite comparé cette alimentation « idéale » avec l’assiette des Français pour formuler ses recommandations.

>> A lire aussi : Cinq produits «naturels» à bannir de l’alimentation des tout-petits

Résultat : nous ne mangeons pas assez de légumineuses (lentilles, fèves, pois chiches, etc.), une catégorie d’aliments pourtant riche en protéines, en fibres et en micronutriments, a souligné la Pr Margaritis.

Doucement sur le saucisson

L’Anses infléchit aussi sa position pour la consommation de viande : pas plus de 500 g par semaine hors volaille (soit environ 5 portions), du poisson « deux fois par semaine » et la « nécessité de réduire considérablement » notre consommation de charcuterie, à 25 g par jour maximum.

>> A lire aussi : Le test d’étiquetage nutritionnel, victime d'«anomalies», risque de nous laisser sur notre faim

Même drapeau rouge pour le sucre : si elle conseillait déjà de ne consommer des produits sucrés que « de temps en temps et en quantité raisonnable », elle invite désormais à limiter la prise de boissons sucrées (sodas, mais aussi nectars et jus de fruits) à moins d’un verre par jour.

>> A lire aussi : Nestlé veut aller vers des barres chocolatées avec 40% de sucre en moins

Les données épidémiologiques montrent en effet que l’apport de sucre sous forme liquide à tendance à tirer l’ensemble de l’apport énergétique vers le haut.

Si les cinq portions de fruits et légumes sont toujours de rigueur, l’Anses invite à privilégier les légumes. Et côté matières grasses, elle invite à « favoriser la consommation d’huiles végétales riches en acide alpha-linolénique », un acide gras essentiel faisant partie des omégas 3, telles que les huiles de colza et de noix.