Gard: La crèche qui a exclu une petite fille épileptique devant la justice

JUSTICE Le procès s'ouvre ce vendredi…

20 Minutes avec agence
— 
Illustration d'une crèche.
Illustration d'une crèche. — Elisa Riberry / 20 Minutes

En avril dernier, ils auraient expulsé du jour au lendemain Rose, une petite fille de deux ans qui souffrait de crises d’épilepsie. Le procès opposant les parents de l’enfant et les responsables de la crèche de Meyrannes (Gard) débute ce vendredi devant le tribunal correctionnel d’Alès (Gard).

Les parents de la fillette se sont constitués partie civile après avoir saisi eux-mêmes la justice pour comprendre pourquoi, à la faveur d’un changement de direction, l’établissement a décidé d’exclure Rose.

Des crises contrôlables en quelques secondes

Les convulsions éventuelles de l’enfant sont pourtant contrôlables en quelques secondes grâce à un traitement oral, qui n’a par ailleurs dû être utilisé qu’une fois en un an. Avec le soutien de l’association France Epilepsie, les parents espèrent aussi un verdict qui fera jurisprudence par la suite et évitera d’autres situations similaires.

Selon la mère de l’enfant, interrogée par Europe 1, la nouvelle directrice de la crèche de sa fille avait justifié l’exclusion de cette dernière en expliquant : « Votre enfant pour moi est différent, rentrez chez vous ou alors allez voir un institut spécialisé pour enfants handicapés, ils sauront sûrement s’en occuper. » Quant à la fillette, elle a aujourd’hui retrouvé une nouvelle crèche dans laquelle elle est en train de s’intégrer progressivement.

>> A lire aussi : Epilepsie: Maladie surnaturelle, infection, folie... Les préjugés perdurent