20 Minutes : Actualités et infos en direct
TEMOIGNAGELa lettre d'une mère en hommage à sa fille, tuée par son mari

Violences conjugales: Dans une lettre, la mère d’une victime raconte pour alerter

TEMOIGNAGE«Mon message c’est que plus jamais un meurtre aussi odieux ne se reproduise», explique la nonagénaire…
Illustration d'une femme battue et de violences conjugales.
Illustration d'une femme battue et de violences conjugales. - A. GELEBART / 20 MINUTES
20 Minutes avec agence

20 Minutes avec agence

Sa fille avait été tuée par son mari d’une vingtaine de coups de marteau en septembre 2014 à Nice (Alpes-Maritimes). La mère de la victime, âgée de 96 ans, a souhaité témoigner afin de sensibiliser les esprits aux drames de la violence conjugale.

Bien avant le procès de son gendre, Ludovic Haziza, condamné à 17 ans de prison le 11 janvier dernier, la nonagénaire avait ainsi rédigé une lettre adressée à la Maison des Femmes de Nice, dans laquelle elle raconte la vie puis le calvaire de sa fille.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

La victime avait demandé le divorce après 36 ans de mariage

« Son assassin et elle travaillaient ensemble. […] Elle était à son bureau, il est allé chercher un marteau, il est passé derrière elle, et il l’a frappée une quantité de fois, dont trois coups mortels », a expliqué la vieille dame à RTL, précisant également que peu avant le drame, sa fille avait demandé le divorce après 36 ans de mariage.

La peine à laquelle l’assassin a été condamné est inférieure à celle de 25 ans qui avait été requise lors du procès par l’avocat général. La décision de justice a déçu la mère de la victime sans pour autant lui faire perdre sa lucidité. « J’avais espéré 20 ans, mais bon, comme me dit mon petit-fils, que ce soit dix ou cent ans, cela ne changera rien. »

Si la nonagénaire se dit « bouleversée », sa démarche est avant tout « un témoignage pour alerter. […] Mon message c’est que plus jamais un meurtre aussi odieux ne se reproduise. J’avais besoin de parler et je ne pouvais pas parler, donc j’ai écrit. »

Sujets liés