Vague de froid: La France victime d’une «trop forte dépendance» au nucléaire, juge Royal

ENERGIE La ministre de l'Environnement a insisté sur le besoin de rééquilibrer le mix énergétique en France...

20 Minutes avec AFP

— 

La centrale nucléaire de Cattenom (Moselle).
La centrale nucléaire de Cattenom (Moselle). — JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

La ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, a reconnu mardi qu’il existait en France « une trop forte dépendance » au nucléaire, alors que les pouvoirs publics appellent à limiter la consommation électrique en raison de la vague de froid.

>> Plan «grand froid»: une réunion ministérielle prévue mercredi

« On le voit actuellement qu’il y a une trop forte dépendance puisque, dès qu’il y a plusieurs réacteurs à l’arrêt pour des raisons de contrôles de la sûreté nucléaire par l’ASN [Autorité de sûreté nucléaire], on se rend compte qu’il y a une tension sur l’énergie », a déclaré Ségolène Royal lors de la cérémonie de vœux de son ministère.

« On peut économiser la production de quatre réacteurs »

La ministre a insisté sur le besoin de rééquilibrer le mix énergétique en France, en prenant appui sur la loi de transition énergétique, qui prévoit de ramener de 75 % à 50 % la part du nucléaire dans la production d’électricité à l’horizon 2025.

>> A lire aussi : L’Ariège va laisser ses bâtiments et ses monuments historiques dans le noir

« En changeant ses comportements, on peut économiser la production de quatre réacteurs nucléaires », a insisté Ségolène Royal, ajoutant que cela permettait aussi de faire baisser le prix de l’électricité car « plus il y a de demande, plus il y a de tension sur les prix ».

« Diminuer la tension sur le courant et la précarité énergétique »

La ministre a estimé que « d’un côté, on a beaucoup de gaspillage et de l’autre côté une précarité énergétique avec des gens qui n’ont pas les moyens de se chauffer ». Elle a assuré avoir « demandé l’extinction de tous les bureaux la nuit », jugeant qu’il y avait « une marge d’action pour faire en sorte de diminuer la tension sur le courant et la précarité énergétique ».

>> A lire aussi : Ségolène Royal pourrait briguer la direction du Programme de l'ONU pour le développement

De son côté, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité RTE a assuré mardi que la France serait suffisamment approvisionnée en électricité mercredi, pour affronter la vague de froid. « La situation reste sous forte vigilance » jeudi et vendredi, a également indiqué un porte-parole du groupe lors d’une conférence téléphonique, « puisque la vague de froid va se poursuivre jusqu’à la fin de la semaine ».