La France comptait 66,9 millions d’habitants au 1er janvier 2017, malgré une nouvelle baisse des naissances

DEMOGRAPHIE La progression de la population de 0,4 % est due essentiellement au solde naturel…

20 Minutes avec AFP

— 

La diversité de la population française. 
La diversité de la population française.  — CHAMUSSY / SIPA

La population française se porte bien. La France comptait 66,9 millions d’habitants au 1er janvier 2017, une croissance de 265.000 personnes (+0,4 %) sur un an, malgré une nouvelle baisse des naissances, a annoncé ce mardi l’Insee.

La progression de la population est due essentiellement au solde naturel, le nombre de naissances ayant été supérieur de 198.000 à celui des décès. Cet écart est cependant le plus faible depuis 40 ans.

14.000 naissances en moins

Le nombre de naissances a diminué de 14.000 en 2016, après une baisse de 20.000 l’année précédente. Cette évolution s’explique par une réduction de la fécondité pour la deuxième année consécutive, à 1,93 enfant par femme, et par une diminution du nombre de femmes en âge d’avoir des enfants. La baisse des naissances est également due à une diminution du nombre de femmes en âge de procréer. Le nombre de femmes de 20 à 40 ans décroît en effet depuis le milieu des années 90, car les femmes nées durant le baby-boom sortent progressivement de cette tranche d’âge.

>> A lire aussi : Pourquoi les Européennes font de moins en moins d’enfants

« La fécondité reste malgré tout élevée en France », a souligné l’Insee. En 2015, c’était le pays de l’Union européenne le plus fécond, juste devant l’Irlande (1,94 enfant par femme) et loin devant le pays le moins fécond, le Portugal avec 1,3 enfant par femme.

Et 7.000 décès en moins…

En 2016, l’espérance de vie à la naissance est remontée, effaçant la diminution enregistrée en 2015. Celle des femmes est de 85,4 ans (+0,3 an) et celle des hommes de 79,3 ans (+0,3 an).

>> A lire aussi : La France pourrait dépasser l'Allemagne vers 2055

Le nombre de décès a également diminué de 7.000, après une très forte hausse en 2015 due à des épisodes de grippe et de canicule. Au-delà de ces fluctuations, on reste plutôt dans la tendance à la hausse amorcée au début des années 2000, due à l’arrivée aux âges de forte mortalité des premières générations du baby-boom.