Sécurité routière: Des panneaux radars plus «simples» seront installés à partir de mars

ROUTES Le liseret jaune reste, les symboles de l’onde radar, de la voiture et de la moto aussi, mais le message texte et le pictogramme du camion disparaîtront…

20 Minutes avec AFP

— 

A partir de mars, les panneaux qui seront installés seront «simplifiés».
A partir de mars, les panneaux qui seront installés seront «simplifiés». — Sécurité routière

« Simplifiés » et « plus lisibles ». La Sécurité routière a dévoilé ce lundi de nouveaux panneaux au graphisme allégé qui seront installés à partir de mars pour signaler la possibilité de contrôle radars.

Les 3.100 panneaux radars qui jalonnent actuellement le bord des routes sont connus de tous : une onde radar pointée vers une moto, une voiture et un camion accompagnés d’une inscription « Pour votre sécurité, contrôles radars fréquents » ou « Pour votre sécurité, contrôles automatiques ». A partir de mars, les panneaux qui seront installés seront « simplifiés ». Le liseret jaune reste, les symboles de l’onde radar, de la voiture et de la moto aussi, mais le message texte et le pictogramme du camion disparaîtront.

« On a cherché à se concentrer sur la visibilité du panneau »

« Quand on a lancé les itinéraires de (radars) leurres (en octobre 2015), il nous fallait commander 10.000 panneaux, donc on s’est dit que ce serait dommage de ne pas en profiter pour réviser ces panneaux. […] On a mené des études et on a vu qu’en réalité, le texte n’est pas du tout lu et qu’on ne peut donc pas l’utiliser comme moyen de communication », a expliqué ce lundi le délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe.

« On a cherché à se concentrer sur la visibilité du panneau. On part d’un visuel bien connu des automobilistes français mais on l’a simplifié pour le rendre plus lisible », a-t-il résumé.

>> A lire aussi : Après les radars de stop, les radars à passage piéton arrivent sur les routes

Ces panneaux seront d’abord implantés sur les itinéraires placés sous radars « leurres » (avec la mention du nombre de kilomètres sous contrôle) et sur les zones de chantiers équipées de radars autonomes (avec un rappel de la vitesse maximale temporairement autorisée). « A terme, lorsqu’on remplacera les anciens panneaux (de radars fixes), on mettra également ceux-là. On ne le fait pas d’un coup parce que ça aurait un coût de quatre millions d’euros et que ce n’est pas justifié de les remplacer tous d’un coup », a ajouté Emmanuel Barbe.