Vague de froid: La France va se les geler, surtout à partir de mardi

METEO Dans la plupart des régions françaises, le thermomètre restera sous la barre des 0°C toute la semaine...

Céline Boff
— 
Une femme marche dans le froid. Photo d'illustration.
Une femme marche dans le froid. Photo d'illustration. — Pixabay

La semaine s’annonce glaciale. Alors que dix départements sont actuellement placés en vigilance orange neige et verglas, une vague de froid va frapper le pays, surtout à partir de mardi, prévient Météo France. 20 Minutes fait le point.

D’où vient cette vague de froid ?

L’actuelle perturbation en provenance de la mer du Nord va en début de semaine laisser la place à un flux continental de nord-est. « C’est lui qui véhiculera une masse d’air certes plus sèche, mais beaucoup plus froide, avec une chute des températures qui s’accentuera, surtout à partir de mardi », prévient Emmanuel Demael, prévisionniste chez Météo France. Le spécialiste parle d’une « vague de froid », dans la mesure où cet épisode va durer plus de deux jours, qu’il va concerner une large étendue géographique et que les températures seront nettement inférieures aux normales saisonnières des régions concernées.

Est-ce un phénomène vraiment exceptionnel ?

Oui et non. Disons que si les températures varient d’une année à l’autre pendant les mois d’hiver, la température moyenne de la saison hivernale (mois de décembre, janvier et février) est habituellement de 5,4°C. Météo France prévoit que les températures se situent cette semaine 4 à 8 degrés en dessous des normales de saison. Reste que la France connaît régulièrement des périodes de froids remarquables : 21 vagues de froid ont été recensées depuis 1947. Si la dernière s’est produite en 2012 lors de la première quinzaine de février, les dix hivers les plus froids ont tous eu lieu avant 1991.

Source : Météo France
Source : Météo France - Météo France

Quelles sont les températures annoncées ?

Les températures minimales devraient s’échelonner de -5 à -10°C, voire bien moins localement sur les sols enneigés et dans le Nord-Est. Dans le détail, le thermomètre devrait dégringoler jusqu’à -4°C à Marseille, -6°C à Toulouse, -9°C dans le Massif central, -10°C à Strasbourg ou encore -11°C à Mulhouse. Seuls les rivages de la Méditerranée et la façade atlantique garderont des températures positives l’après-midi. Résultat : de nombreuses régions connaîtront des journées sans dégel dès mardi. Le vent de nord-est accentuera encore la sensation de froid.

Combien de temps cet épisode va-t-il durer ?

Cet épisode très hivernal devrait se poursuivre au moins jusqu’à la fin de semaine. Il pourrait également se prolonger le week-end prochain, prévient Météo France. Si les températures vont chuter à partir de lundi, et surtout de mardi, les températures ressenties seront au plus bas mercredi et jeudi car il y aura plus de vent. Dans le Nord-est, une température de -10°C conjuguée à une bise de 50 km/h, donnera lieu à un ressenti de moins 20 environ. Pour autant, cette vague de froid n’a rien à voir avec « celles de février 1956 ou de janvier 1985 », explique Patrick Galois, prévisionniste à Météo-France. En 1985, par exemple, la température avait plongé à « moins 19 à Toulouse, la Garonne était prise par la glace ».

Que prévoient les autorités ?

Alerté par Météo France, le gouvernement a lancé samedi « un pilotage national quotidien » pour « anticiper au mieux les besoins supplémentaires durant cette période exceptionnelle et mobiliser en temps réel des dispositifs complémentaires si nécessaire », a précisé Matignon. Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a appelé les collectivités locales et les associations à mettre à disposition des gymnases, des salles communales, des accueils de jour, pour les personnes sans abri. La sécurité civile, la police, la gendarmerie et les sapeurs-pompiers sont également sur le pont. Un « bilan quotidien des besoins » doit être établi par les préfets. La ministre de la Santé Marisol Touraine avait appelé dès vendredi à « une vigilance accrue, notamment pour prévenir les intoxications au monoxyde de carbone, les chutes dues à la neige, ainsi que les conséquences sanitaires liées au froid ».

>> A lire aussi : Météo: Le gouvernement se mobilise face à la vague de froid