Terrorisme: Les trois personnes interpellées à Molenbeek relâchées dimanche

BELGIQUE Les enquêteurs n’ont pas dévoilé l’identité des suspects…

20 Minutes avec AFP
— 
Illustration : Un cordon de police en Belgique.
Illustration : Un cordon de police en Belgique. — BRUNO FAHY / Belga / AFP

La police belge, qui avait arrêté trois personnes tard samedi soir durant une opération antiterroriste dans le quartier de Molenbeek à Bruxelles, a annoncé ce dimanche avoir relâché ces trois individus. Les policiers ont mené quatre raids dans la commune bruxelloise de Molenbeek sans rien découvrir, a-t-il précisé dans un communiqué. « Trois hommes ont été arrêtés et interrogés durant la nuit […)]. Ils ont été relâchés ensuite », selon le communiqué.

Les enquêteurs avaient effectué quatre descentes dans le quartier de Molenbeek et n’ont découvert ni armes ni explosifs. La porte-parole n’a pas donné plus de détails sur les personnes arrêtées.

Des opérations de police multipliées dans ce quartier depuis des mois

Plusieurs des djihadistes ayant pris part aux attentats de Paris le 13 novembre 2015 (130 morts) et à  ceux de Bruxelles le 22 mars 2016 (32 morts, tués par des kamikazes à l’aéroport et dans le métro), revendiqués par le groupe Etat islamique (EI), étaient originaires de Molenbeek, commune pauvre de la capitale belge.

Depuis ces tueries, les autorités ont renforcé les mesures de sécurité et multiplié les opérations et descentes de police, à mesure que se poursuivaient les enquêtes sur le sujet. Selon Belga, les descentes à Molenbeek ont eu lieu tard dans la soirée, avec des policiers armés qui sécurisaient le périmètre durant l’opération.

Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos djihadistes du 13 novembre 2015 à Paris, s’était caché à Molenbeek après le carnage et y avait été arrêté quatre mois plus tard, le 18 mars 2016.