Attentat de novembre 2015: Un livre dénonce les ratés de la traque d’Abaaoud

ENQUETE Le terroriste aurait notamment pu être interpellé à Athènes en janvier 2015…

C. Ape.

— 

Abdelhamid Abaaoud
 est mort lors de l'assaut du RAID à Saint-Denis
Abdelhamid Abaaoud est mort lors de l'assaut du RAID à Saint-Denis — Vidéo CNN

Abdelhamid Abaaoud, dont la traque s’est terminée à Saint-Denis le 18 novembre 2015, aurait pu être appréhendé des mois plus tôt.

Dans l’ouvrage Où sont passés nos espions ? (éd. Albin Michel), les journalistes Christophe Dubois et Eric Pelletier reviennent sur le parcours du terroriste et mettent en lumière les failles du renseignement, rapporte Le Parisien.

Abaaoud derrière plusieurs alertes terroristes

Au début de l’année 2015, il est localisé à Athènes, en Grèce, grâce à des renseignements français. Il se trouve dans la capitale grecque pour coordonner un attentat à plusieurs milliers de kilomètres de là, à Verviers, en Belgique. Mais quand la police belge donne l’assaut à Verviers, le 15 janvier, Abaaoud disparaît des radars et retourne en Syrie.

>> A lire aussi : Jusqu'à 16 ans de prison pour quatre chefs de la cellule de Verviers, première cellule d'Abaaoud

En août de la même année, le nom d’Abaaoud réapparaît dans un rapport de la DGSI. L’ombre du jeune homme plane au-dessus d'une demi-douzaine d’alertes terroristes. Celle de l’attaque manquée dans un train Thalys menée par Ayoub El Khazzani en fait partie.

L'hésitation à Saint-Denis

C’est à cette période que l’Elysée décide de changer de stratégie sur le front, et de mener des raids aériens non plus exclusivement en Irak mais aussi en Syrie, comme l’avait recommandé Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense.

Mais Abaaoud est déjà loin. Il est revenu en Europe dès le mois de juillet en empruntant la route des migrants, passant par la Hongrie et l’Autriche notamment.

En novembre, trois jours après les attentats de Paris et Saint-Denis, une jeune femme prénommée Sonia est entendue par la Sdat (police judiciaire antiterroriste). Elle dit savoir où se trouve la planque d’Abaaoud, dans un buisson d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

>> A lire aussi : Témoin clé sur Abaaoud, «Sonia a cessé d'exister légalement»

Mais la DGSI doute. C’est finalement le service de renseignement extérieur (DGSE) qui va trancher. Quelques jours avant, des appels passés par la cousine d’Abaaoud à destination de la Syrie sont identifiés. Le terroriste est localisé en France.

>> A lire aussi : Hasna Aït Boulahcen parle de son cousin Abaaoud dans une vidéo diffusée sur France 2

Il sera tué dans l’assaut lancé par le raid à Saint-Denis.