Pourquoi Francis Heaulme sera-t-il le seul à être jugé dans l’affaire de Montigny-lès-Metz?

JUSTICE La Cour de cassation a définitivement mis Henri Leclaire hors de cause, ce mardi, ouvrant la voie au procès du seul Francis Heaulme…

Vincent Vantighem

— 

Francis Heaulme.
Francis Heaulme. — DAMIEN MEYER / AFP

Deux ans plus tard, on prend le même et on recommence… Francis Heaulme sera, au printemps prochain, le seul accusé à comparaître devant les assises de Metz (Moselle) pour le double meurtre d’enfants de huit ans commis en 1986 à Montigny-lès-Metz. La Cour de cassation a décidé, ce mardi, de mettre définitivement hors de cause Henri Leclaire, un temps suspecté dans cette rocambolesque affaire. Explications.

  • Pourquoi Henri Leclaire a-t-il été suspecté ?

Aujourd’hui âgé de 68 ans, Henri Leclaire était un manutentionnaire qui vivait à quelques pas de l’endroit où les corps sans vie d’Alexandre Beckrich et de Cyril Beining ont été découverts. Interpellé, il est rapidement passé aux aveux avant de se rétracter.

L’affaire aurait pu s’arrêter là. Mais, en 2014, alors que le procès de Francis Heaulme pour ce double meurtre s’ouvrait tout juste à Metz, deux témoins se sont manifestés pour mettre en cause Henri Leclaire, sur la foi « d’éléments nouveaux ».

Henri Leclaire, à son arrivée au palais de justice de Metz, le 1er avril 2014.
Henri Leclaire, à son arrivée au palais de justice de Metz, le 1er avril 2014. - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Le procès a été suspendu et deux juges d’instruction ont repris toute l’enquête. Ils ont finalement conclu, en juillet 2016, qu’il n’y avait aucune charge à retenir contre l’ancien manutentionnaire. Ce que la Cour de cassation a validé ce mardi.

>> Montigny: Coup de théâtre dès le premier jour du procès

  • Pourquoi la Cour de cassation a-t-elle blanchi Henri Leclaire ?

Dans sa décision de 25 pages que 20 Minutes a consultée, la Cour de cassation rappelle les nombreuses incohérences qui ont émaillé la mise en cause d’Henri Leclaire pour le double meurtre des enfants de huit ans. « Les détails qu’il a donnés (…) ont été contredits par d’autres pièces du dossier », indiquent notamment les magistrats dans leur arrêt.

Quand il est passé aux aveux au tout début de l’affaire, Henri Leclaire s’est lourdement trompé dans la description vestimentaire des enfants qu’il assurait alors avoir tués. Il n’a pas su reconnaître les pierres avec lesquelles le double meurtre a été commis. Surtout, les policiers ont remarqué son « impossibilité physique de grimper sur le talus » où les corps des enfants ont été découverts.

  • Peut-il réclamer une indemnisation pour avoir été mis en cause sans fondement ?

Oui, et Henri Leclaire compte le faire. Saluant une « grande victoire attendue depuis longtemps », son avocat Thomas Hellenbrand a confié, ce mardi à 20 Minutes, qu’il allait lancer une procédure pour qu’il soit « indemnisé de l’infamie dont il a été l’objet. » D’après lui, Henri Leclaire vit, aujourd’hui, « reclus dans sa famille » par peur de toute cette affaire.

  • Et que dit la défense de Francis Heaulme dans tout ça ?

Déjà condamné pour neuf meurtres dont deux fois à perpétuité, Francis Heaulme fait figure de coupable idéal, selon Liliane Glock, son avocate. « En trente ans de procédure, on a fait le vide pour ne garder que Francis Heaulme dans le box des accusés, déplore-t-elle auprès de 20 Minutes. C’est très mal parti pour que l’on ait un procès équitable. Et je pense que personne ne pourra croire à 100 % le verdict qui en sortira. »

Liliane Glock, avocate de Francis Heaulme, à la cour d'assises de Metz (Moselle), le 31 mars 2014.
Liliane Glock, avocate de Francis Heaulme, à la cour d'assises de Metz (Moselle), le 31 mars 2014. - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Lors d’une audience, en 2002, à Lyon (Rhône), celui que les médias ont surnommé le « Routard du crime » s’était défendu d’une phrase terrible. « Mon style, c’est l’Opinel et j’étrangle à mains nues… Montigny, c’est pas moi ! » Il devrait disposer de trois semaines pour développer sa thèse devant la cour d’assises de Metz, dès le mois d’avril.

>> Francis Heaulme a donné une interview à «20 Minutes»